dimanche 30 juin 2019

Mon désir le plus ardent, Pete Fromm

Quatrième de couv' : Maddy s’était juré de ne jamais sortir avec un garçon du même âge qu’elle, encore moins avec un guide de rivière. Et puis elle rencontre Dalt, et plus rien ne compte. À vingt ans, Maddy et Dalt s’embarquent dans une histoire d’amour absolue et explosive. Mariés sur les berges de la Buffalo Fork, dans le Wyoming, ils vivent leur passion à cent à l’heure et partent créer leur entreprise de rafting  dans l’Oregon. Très vite, ils décident de fonder une famille. Mais l’enfant qu’ils désirent de tout leur cœur tarde à venir. Un jour, alors que Dalt est en expédition en Mongolie, Maddy apprend une nouvelle qui bouleverse son existence.


Mon avis : Ce livre a beaucoup été présenté sur Bookstagram ces derniers temps et malgré ça, je ne savais pas de quoi il parlait. Le titre était assez poétique et je m'attendais à autre chose que ce que j'ai trouvé dans ce roman.

🛶🍼🔥

Le résumé est plutôt bien fait et ne spoile absolument pas. Mais du coup il m'est difficile de vous parler de ce roman sans évoquer le coeur de l'histoire qui est la sclérose en plaques.
Maddy a 22 ans quand elle rencontre Dalton et en tombe amoureuse. Très vite, les deux jeunes gens, passionnés de rafting vont se marier et vouloir des enfants. Mais la vie est joueuse et traitre : alors que Maddy apprend qu'elle est enceinte, elle découvre aussi la maladie qui va l'amoindrir jusqu'à la fin de ses jours.

🛶🍼🔥

Ce roman est découpé en chapitres, illustrant des moments phares de la vie de Maddy, dont on suit le point de vue tout au long du roman. De plus en plus diminuée par la maladie, nous la suivons à travers ses coups d'éclat, son humour grinçant et honnêtement, pas très drôle.

Je dois avouer que j'ai détesté Maddy. Même avant qu'elle ait connaissance de la SEP, je n'ai pas apprécié ce personnage. Et malheureusement, sa façon de réagir, de vouloir constamment cacher sa maladie aux gens, de ne pas accepter l'aide, s'offusquer quand on lui construit une rampe pour éviter de tomber dans le couloir, en fait ça m'a juste mise à distance d'elle.
Je comprends très bien quel type de personnage a voulu créer Pete Fromm : une femme forte, qui se croit indépendante, qui tente de se persuader que rien ne change, qu'elle n'a pas d'aide à demander.
En vérité, je l'ai trouvée assez injuste envers son entourage. A sa façon de ne pas accepter sa maladie, c'est comme si elle n'acceptait pas une partie d'elle-même. La voir constamment ainsi, sur la défensive avec tout le monde m'a irritée, je n'en pouvais plus de ce personnage si sombre, qui refuse l'aide qu'on lui porte.

🛶🍼🔥

Quant à l'histoire d'amour qui est tant appréciée par le reste des lecteurs, moi j'ai sincèrement eu du mal à voir l'amour là-dedans. Maddy ne cesse de dire qu'elle et Dalton sont des veinards et que leurs enfants ne pourront jamais accéder à un tel degré d'amour. Déjà je trouve que c'est hyper hautain de penser ça, et ensuite, si on avait eu le point de vue de Dalton sur son amour pour Maddy, peut-être qu'on y aurait vu autre chose que de l'amour : de la pitié, ou une forme d'héroïsme du genre "je ne peux pas quitter une personne malade".
J'ai détesté le côté "nous contre le reste du monde", genre nous on s'aime pour toujours, nous notre amour est plus fort que celui des autres, nous on est mieux que le reste du monde.
Même les scènes entre eux ne transpiraient pas l'amour une fois que le diagnostic avait été posé. Donc bon... Présenter ce livre comme une histoire d'amour est selon moi un leurre. Il s'agit plutôt d'un roman sur la sclérose en plaques et de quelle manière UNE femme y réagit.

🛶🍼🔥

Peut-être que je suis insensible à ce genre d'histoires en fait ? Peut-être que je me suis tenue à distance parce que je n'aimais pas le personnage principal ?
Au delà de ça, la narration est intéressante, avec ses ellipses temporelles de plusieurs années. On ne se fige pas sur les éléments importants d'une vie comme le mariage, les naissances ou que sais-je, mais plutôt sur des moments du quotidien qui ont pris un certain tournant à cause de la maladie de Maddy.

5/10

La fiche du livre sur le site de l'éditeur

jeudi 27 juin 2019

The sun is also a star, Nicola Yoon

Quatrième de couv' : Daniel, 18 ans, est fils de Coréens immigrés à New York. L’année prochaine, il intègrera certainement la prestigieuse université de Yale. Natasha, 17 ans, est arrivée de la Jamaïque dix ans auparavant. Ce soir, elle quittera peut-être les États-Unis pour toujours. Il croit à la poésie et à l’amour. Elle croit à la science et aux faits explicables. Ils ont 12 heures pour se rencontrer, se connaître, et s’aimer. Au-delà des différences.


Mon avis : J'ai trouvé ce roman chez ma bouquiniste en janvier, en parfait état. J'hésitais depuis longtemps à l'acheter, parce que j'avais peur que l'histoire ne m'intéresse pas. Finalement je l'ai commencé récemment et même si j'ai eu du mal à accrocher au début, passé les 100 premières pages j'ai été prise dans l'histoire, qui se lit très vite.

🏙☀️🌌

Les chapitres sont très courts, une ou deux pages. On a une alternance de points de vue tout au long du livre, principalement avec les pensées de Daniel et de Natasha. Parfois l'autrice nous raconte succinctement les pensées d'autres personnages qui sont très secondaires dans l'histoire.
Le style n'est pas très recherché et il y a beaucoup de dialogues, mais on trouve des passages assez érudits sur la galaxie, la formation des yeux, bref quelques données scientifiques.

🏙☀️🌌

Pour ce qui est de l'histoire, elle se déroule sur une seule journée : nous découvrons Daniel, américano-coréen qui va follement tomber amoureux de Natasha, une Jamaïcaine qui réside illégalement sur le territoire américain. Mais ça... eh bien le pauvre ne l'apprend que tard, une fois qu'il est déjà bien accroché à Natasha.
Les deux personnages sont beaux, sexys et surtout ils vont profiter de cette journée pour découvrir leurs avis opposés sur la question de l'amour.
Ce roman s'apparente à une course-poursuite selon moi : ils n'ont qu'une journée pour se découvrir. Ils sont tombés l'un sur l'autre, par hasard ? grâce au destin ? et vont passer la journée à se trouver.

🏙☀️🌌

J'ai eu du mal à croire qu'il existe des garçons comme Daniel, romantiques, qui tombent amoureux en un claquement de doigts. De mon point de vue, ça sonnait un peu faux.
En fait, je n'ai pas été totalement conquise par cette histoire d'amour, que je n'ai pas toujours trouvé très crédible. (Mais c'est peut-être parce que j'approche de la trentaine et que je ne vois plus l'amour comme une ado de 14 ans).
De son côté Natasha ne croit pas à l'amour. Et Daniel va tout faire pour la convaincre. Du forcing ? oooh si peu... Mais peut-être que Natasha était prête à tomber amoureuse, peut-être que les événements de sa vie l'ont amenée à trouver du réconfort dans les bras de Daniel.
Et puis tout se déroule très vite : elle est au maximum de ce qu'on peut attendre d'un humain émotionnellement. Elle s'apprête à être déportée parce que son père a eu la brillante idée de conduire en état d'ivresse, et de se faire choper, mettant alors en lumière la situation irrégulière de sa famille. Forcément, Natasha qui vit depuis 10 ans aux USA ne peut pas accepter de partir, de quitter le pays qui l'a éduquée. Alors quand elle croise Daniel, il va illuminer sa journée, avec son côté rentre-dedans poétique. Il va complètement améliorer l'aspect de cette dernière journée aux Etats-Unis.

🏙☀️🌌

J'ai passé un bon moment avec cette lecture. Ça s'est lu vraiment très vite, et les thématiques plus profondes m'ont beaucoup plus intéressée : les attentes des parents, eux-mêmes immigrés ainsi que la question de l'immigration clandestine. Ça aurait pu avoir plus d'importance dans le roman, ça n'aurait pas été dérangeant.

7/10

La fiche du livre sur le site de l'éditeur

mardi 25 juin 2019

Les nouvelles vies de Flora et Max, Martin Page et Coline Pierré

Quatrième de couv' : Les oiseaux rares ont besoin d’un refuge. Quand ils se sont connus, Flora et Max vivaient chacun dans une cage. Elle était en prison et lui vivait reclus dans sa chambre. Leur seul moyen de communiquer était de s’écrire des lettres.
Aujourd’hui Flora sort et elle revient à la vie. Mais revenir à la vie, ce n’est pas rentrer dans le moule. Elle va étudier l’anthropologie parce que c’est inutile, trouver un appartement avec des cafards, et prendre un petit boulot dans la maison de retraite pas comme les autres située près du lac. Max va apprendre la cuisine, jouer de son ukulele et ensemble ils vont essayer de s’aventurer dans la jungle de la vraie vie. Mais un projet dévorant de centre commercial menace le fragile équilibre qu’ils mettent en place. Il va falloir se battre et se frotter aux autres pour y survivre. Avec toutes les armes des faibles, et le courage des oiseaux.


Mon avis : J'ai relu récemment La folle rencontre de Flora et Max, parce que ma collègue avait ramené son SP. J'ai relu ce livre avec le même enthousiasme que la première fois. Du coup je me suis procurée la suite, que j'avais envie de découvrir dans la foulée.

☆❦☆

Dans ce second tome, on ne trouve plus d'échanges épistolaires, ce qui faisait le charme du premier tome. Dans celui-ci, on alterne le point de vue des deux protagonistes à travers des chapitres assez courts.
Max et Flora se sont enfin rencontrés en vrai. Ils ont mis en place leur projet, mais un nouveau, plus important a pris place dans leur vie. Les obligeant à rencontrer plein de gens.
Pour Max, qui a une phobie sociale, ce n'est pas simple, sa vie change constamment, mais malgré cela, il a fait d'énormes progrès, puisqu'il arrive à sortir de chez lui et à mener une scolarité normale.
Quant à Flora, elle trouve une échappatoire dans le roller derby pour évacuer sa colère, tout en suivant des cours d'anthropologie à la fac.
Evidemment, il y a un rapprochement entre eux, ce qu'on attendait depuis le premier tome.

☆❦☆

J'ai bien aimé ce second tome, qui présente les protagonistes sous un jour différent : déjà ils sont dans la vie active, ils vivent au contact d'autres gens, ils ne sont plus isolés comme dans le premier tome.

Cependant j'ai trouvé le schéma narratif trop classique et attendu avec cette histoire de projet (je ne veux pas trop vous en dire sur la nature de celui-ci).
Alors oui, on a un côté original, du fait que ces deux jeunes gens s'attachent à des personnes âgées, mais leur projet se déroule d'une manière on ne peut plus classique (selon moi) avec peu de rebondissements. On sait assez vite que leur combat sera gagné, car ils sont bien entourés. C'est la victoire des gentils contre le méchant capitalisme blablabla. C'est assez manichéen.

☆❦☆

Dès le début certains passages m'ont fait rire, leurs réparties sont géniales et il y a plein de phrases très touchantes ou qui nous amènent à la réflexion.

On retrouve le ton très bienveillant des auteurs à l'égard de tous les personnages. Aucun ne se démarque par de la méchanceté ou de la condescendance. J'aurais peut-être aimé trouver un peu plus de personnages ambivalents, un peu moins lisses, moins gentils.

☆❦☆

C'est une bonne lecture, douce et agréable, avec des personnages que j'ai aimés retrouver, ils évoluent, ils changent, ils appréhendent le monde en s'ancrant dedans plus qu'auparavant. Ils sont profondément attachants et rafraichissants quant à leur vision du monde extérieur. C'est une très jolie histoire.

7/10

La fiche du livre sur le site de l'éditeur

dimanche 16 juin 2019

Love, Simon, Becky Albertalli

Quatrième de couv' : Moi, c'est Simon. Simon Spier. Je vis dans une petite ville en banlieue d'Atlanta  (traduisez : un trou paumé). J'ai deux sœurs, un chien, Bieber (oui, oui, comme Justin), et les trois meilleurs amis du monde. Je suis fan d’Harry Potter, j’ai une passion profonde pour les Oréo, je fais du théâtre. Et je suis raide dingue de Blue.

Blue, c'est un garçon que j’ai rencontré sur le Tumblr du lycée. On se dit tout, sauf notre nom. Je le croise peut-être tous les jours dans le couloir, mais je ne sais pas qui c’est.  En fait, ça me plaît bien : je ne suis pas du tout pressé d'annoncer à tout le monde que je suis gay. Personne n'est au courant, à part lui, Blue...

... et aussi cette fouine de Martin Addison, qui a lu mes e-mails et menace de tout révéler.


Mon avis : Je me suis procuré ce livre en Janvier, en me disant qu'il fallait que je le lise un jour ou l'autre puisqu'il continue à avoir pas mal de succès auprès des ados de mon rayon. Il était plutôt temps que je le lise, surtout que je l'ai aperçu dans les poches gratuits mis à notre disposition, donc un peu les boules de le savoir en poche alors que je l'ai acheté en grand format au prix fort. Mais passons.

❓💻👨‍❤️‍👨

L'histoire est celle de Simon, qui échange régulièrement avec "Blue", sous couvert d'anonymat. Tous les deux sont homosexuels mais ne l'ont annoncé à personne. Martin, un garçon qui fréquente le même lycée que Simon, surprend les échanges entre Blue et Simon et menace ce dernier de tout révéler à tout le monde, si Simon ne l'aide pas à sortir avec Abby, une nouvelle, devenue très vite l'une des meilleures amies de Simon.

❓💻👨‍❤️‍👨

L'histoire n'est pas très surprenante, il y a peu de rebondissements et on voit bien où l'autrice veut nous emmener. Mais ce qui est très bien fait dans ce livre, c'est l'ambiance et le ton du roman.
Même si les garçons font face à leurs premiers émois amoureux, et doivent assumer leur préférence sexuelle, le ton reste léger. On n'est pas dans un roman dramatique où tout tourne au noir. C'est hyper agréable à lire, on suit la vie de Simon avec sa famille, ses amis et ses cours de théâtre au lycée.

❓💻👨‍❤️‍👨

Sa famille : Simon bénéficie d'un cadre familial très cool dans lequel il peut s'épanouir et être écouté. Les membres de cette famille partagent des moments tous ensemble et sont soucieux du bien-être de chacun. C'était très agréable de voir des personnages qui ne sont pas dans l'affrontement entre adultes et ados.

J'ai eu un peu plus de mal avec ce que j'appellerai "les trahisons amicales" : dans les romans pour ados il y a toujours un moment où les amis se vexent, se prennent la tête et ne se parlent plus pendant quelques temps avant de se réconcilier. Ça devient vite un cliché et j'ai trouvé dommage que ça arrive dans ce roman.

Les échanges de mail avec Blue m'ont paru très crédibles. J'adore la façon qu'ils ont de s'écrire, on sent monter en puissance leur amour l'un pour l'autre, même si ils ne se sont encore jamais vus.

❓💻👨‍❤️‍👨

Quant à l'identité de Blue, je n'ai pas cherché à savoir qui ça pouvait être. J'ai bien aimé découvrir de qui il s'agissait en temps et en heure.

❓💻👨‍❤️‍👨

En bref, c'est un roman très agréable à lire. Il comporte une thématique forte (le coming-out), pourtant malgré le point de départ (le chantage), on pourrait se retrouver face à un ton très dramatique, or ce n'est pas le cas, peut-être parce que l'accent est mis sur la bienveillance. L'ambiance de ce roman est tendre et douce, sûrement grâce aux divers personnages (issus de différentes minorités) qu'on prend plaisir à suivre tout au long de ce texte.
Ce livre invite à la tolérance et à la bienveillance et ça fait du bien.

7/10

La fiche du livre sur le site de l'éditeur

lundi 10 juin 2019

Mon homard, Tom Ellen et Lucy Ivison

Quatrième de couv' : Sam et Hannah n'ont plus qu'un été pour trouver leur homard, leur partenaire idéal(e), avant d'entrer à la fac. Mais le destin joue contre eux. Quiproquos, maladresses et complexes alimentent leur crainte de rester vierges toute leur vie !
Pourtant, ils pourraient bien être faits l'un pour l'autre...

Une formidable comédie romantique à deux voix, qui nous fait vivre les grands moments d'une bande de copains et les surprises de LA première fois.


Mon avis : J'ai acheté ce roman très peu de temps après qu'il soit arrivé dans mon rayon et j'avais très envie de le lire. Je n'en avais pas du tout entendu parler en grand format (chez Scripto) et je me surprends de plus en plus à apprécier la collection Pôle Fiction de Gallimard.

🦞💑🦞

L'histoire est écrite par deux auteurs qui ont la trentaine et nous raconte les déboires amoureux de deux jeunes de 18 et 17 ans : Hannah et Sam. C'est lors d'une fête chez Stella, la meilleure amie d'Hannah qu'ils vont se rencontrer dans la salle de bain et partager un moment de simplicité pure. Mais les événements de la soirée vont les séparer, jusqu'à ce qu'ils se retrouvent un peu plus tard.  Tous les deux vierges, ils ont pour projet d'été de faire l'amour pour la première fois. Rien ne sera facile pour Sam et Hannah qui vont passer un été très mouvementé !

🦞💑🦞

ALORS : le principal problème de ce livre et j'en ai parlé en long et en large sur Instagram, c'est que les auteurs se sont fortement inspirés de l'ambiance de la série Skins, qui date de 2007. Je pense vraiment qu'ils se sont dit "Allez les ados d'aujourd'hui ne connaissent pas Skins, ça passera crème" Dans ce roman on retrouve les prénoms des personnages des 3 générations de Skins : Chris, Freddie, Ollie, Grace, Effie, Panda. Il existe quand même un tas de prénoms britanniques, mais les auteurs ont choisi ceux-là...
De plus, plusieurs scènes du roman m'ont rappelé des scènes de Skins : le passage sur le trampoline avec un des deux personnages qui est inconscient, c'est Sid et Cassie de la première saison.
La photo et la devise des trois mousquetaires c'est Ollie, Freddie et Cook dans la série.
Et puis toute cette ambiance de fêtes, de drogues, de festival où les personnages se perdent parce qu'ils sont trop bourrés, ça m'a vraiment fait penser à l'ambiance de Skins.

🦞💑🦞

Hormis ça, l'histoire est sympa. On suit les points de vue de Sam et d'Hannah.
On y trouve les angoisses liées à la virginité et à la volonté de la perdre à tout prix avant d'entrer à la fac. Profiter du dernier été où on est encore des lycéens sans responsabilités. Malgré les quiproquos et les maladresses, la romance entre Sam et Hannah va finalement réussir à se faire.

🦞💑🦞

J'ai aussi bien aimé l'amitié ambivalente entre Hannah et Stella, pleine de non-dits, mais aussi d'amour. Elles ont grandi ensemble, ont passé les 7 dernières années de leur vie à tout se dire. Alors quand les garçons entrent sérieusement dans leur vie, rien ne va plus.

🦞💑🦞

J'ai trouvé que Sam était un personnage très sympathique, doux, un peu perdu et qui a peur de déconner sexuellement avec les filles.
Quant à Hannah, j'aurais aimé mieux comprendre son caractère, parfois indépendante et intrépide, elle ne va pas forcément au bout des choses notamment dans son amitié avec Stella. Elle est aussi très complexée et parfois super timide.
Stella est vraiment le personnage que j'ai détesté tout au long du roman, et j'ose espérer qu'avec la fac, Hannah se débarrassera de son emprise.
Les personnages qui gravitent autour d'eux sont montrés de façon plus légère : Tilly, Grace, Robin et Chris n'ont pas une immense place dans l'histoire mais ils font néanmoins avancer nos héros. Robin est par ailleurs un personnage très drôle (il n'ose pas exprimer son idolâtrie pour Harry Potter).
Pax, ses amis et Casper sont aussi un groupe d'amis nécessaire à l'avancement de l'histoire. Pax m'a fait un peu de peine, sans que je n'arrive pas à comprendre pourquoi... Trop beau, il devrait forcément sortir avec une fille de son niveau ? Mouais moyen comme raisonnement.

🦞💑🦞

Malgré le copier-coller de Skins, j'ai bien aimé cette histoire qui est facile et agréable à lire. J'ai ri à plusieurs reprises, pour certaines phrases ou situations. Le rythme est bien mené, je ne me suis pas ennuyée une seconde. C'est typiquement le genre de livres à lire l'été sur la plage.

7/10

La fiche du livre sur le site de l'éditeur

Princesse Aphaïa et les mystères de l'Acropole, Agnès Bertron-Martin et Myrtille Tournefeuille

Quatrième de couv' : Peu avant l'inauguration du nouveau temple d'Athènes voulu par Périclès, une statue d'Athéna disparaît ! C'est une catastrophe pour le peuple qui craint la colère des dieux. Mais Aphaïa, fille de sculpteur protégée par la déesse Artémis, soupçonne un sabotage humain. La « princesse d'Artémis » va braver tous les dangers pour déjouer le complot qui se prépare.


Mon avis : J'ai pris ce livre parmi les livres gratuits qu'on reçoit régulièrement. C'était la première fois que j'y trouvais des gratuits de chez Auzou.
Je ne suis pas encore très à l'aise pour conseiller des romans aux enfants de 9-10 ans. Avec ce livre c'était l'occasion de découvrir cette collection "Pas de géant" qui leur est adaptée.
J'ai choisi celui-ci parce que j'aime bien les histoires qui se passent durant l'Antiquité, de plus ce livre propose une aventure où la jeune Aphaïa doit résoudre un mystère.

🏛🐻✨

J'ai bien aimé ce roman de 85 pages, qui se lit très vite et dans lequel on trouve de jolies illustrations, en accord avec l'histoire, telle qu'on peut se la représenter.
Aphaïa est la fille d'un sculpteur et vit sur le chantier du temple d'Athènes. Curieuse et intrépide, Aphaïa va entendre les propos de certains athéniens qui ne souhaitent pas la réalisation du temple. Grâce à l'intervention quasi divine d'une biche, Aphaïa va se sentir choisie par les dieux pour empêcher la destruction des travaux déjà bien entamés.

🏛🐻✨

Bon en tant qu'adulte, ça m'agace un peu que des enfants soient élus (ici des dieux) pour "sauver le monde". A mon avis ce n'est pas très réaliste, la petite Aphaïa n'hésite pas à sortir la nuit pour suivre une biche qui l'emmène dans la forêt. De plus c'est elle qui résout tous les problèmes que causent des adultes mesquins, comme si elle était investie d'une mission.
Il y a de fortes chances que les enfants se lancent à fond dans cette histoire et y croient vraiment.

🏛🐻✨

C'est une histoire bien écrite, sympathique à lire et je pense que les enfants adoreront le mystère tout en se plongeant dans une autre époque que la nôtre.

7/10

La fiche du livre sur le site de l'éditeur

vendredi 7 juin 2019

Sadie, Courtney Summers

Quatrième de couv' : Sadie, 19 ans, s’est volatilisée. Pour West McCray, journaliste à New York, il s’agit d’une banale disparition. Mais quand il découvre que sa petite soeur, Mattie, a été tuée un an auparavant et que sa mère a elle aussi disparu, sa curiosité est éveillée. West se lance alors à la recherche de Sadie et les témoignages qu’il recueille vont alimenter sa série de podcasts…

Sadie, elle, n’a jamais pensé que son histoire deviendrait le sujet d’une chronique à succès. Elle ne désire qu’une chose : trouver l’homme qui a tué sa soeur.

Qui est réellement cet homme ? Comment est-il entré dans la vie de Mattie ? Tandis que Sadie remonte la piste du tueur, West remonte celle de Sadie. Et se dessine, progressivement, la figure d’un homme – d’un monstre ! – qui pourrait bien frapper à nouveau…

West retrouvera-t-il Sadie à temps ?


Mon avis : Ce livre est arrivé dans mon rayon il y a peu de temps. La couverture diffère vraiment de ce qu'on a l'habitude de voir au rayon ado. Et le résumé m'intriguait, j'aime bien les histoires de disparition, ça fait un peu fait divers. 

・✖︎・

Alors le contenu est original au niveau de la forme : on a une narration classique avec un personnage qui raconte sa vie et puis une narration sous forme de dialogue, illustrant les propos d'un podcast. Ce podcast est réalisé par West McCray qui a décidé d'enquêter sur la disparition de Sadie après qu'on ait retrouvé sa voiture loin de son domicile. 
Domicile qui est en fait une caravane, car Courtney Summers nous dépeint l'Amérique des "white trash", l'Amérique des Blancs qui n'ont pas réussi dans la vie, qui se sont laissés entraîner dans la drogue, l'alcool, la pauvreté. Ce cadre pour l'histoire est inédit selon moi en littérature ado, et rend l'histoire vraiment crédible. 

Sadie a grandi dans une famille totalement dysfonctionnelle : sa mère était trop droguée pour s'occuper d'elle et Sadie a toujours eu le sentiment qu'elle la détestait. Quand Mattie la soeur de Sadie est née, Sadie (6 ans à l'époque) a décidé de s'en occuper, de se dévouer complètement à elle. Cette dévotion lui a très vite fait perdre son statut d'enfant, et Sadie a dû devenir une adulte avant l'heure. De son côté, Mattie adorait leur mère, qui le lui rendait bien, mais ne se rendait jamais compte des efforts de Sadie. Quand Mattie a disparu, quelques années après leur mère, partie du jour au lendemain, Sadie s'est effondrée. Elle n'avait plus de raisons de vivre. Jusqu'à ce qu'elle décide de partir à la recherche du meurtrier de sa soeur. Sa fragilité et la fragilité de sa famille sont particulièrement bien mise en scène, Sadie bégaye et bute sur des mots depuis qu'elle est petite. On accompagne Sadie dans sa fatigue, dans sa soif de vengeance tout au long du roman. 

・✖︎・

Nous suivons donc à des époques différentes deux enquêtes, non pas menées par des policiers, mais par Sadie, qui recherche l'assassin de sa soeur et par West McCray, qui recherche Sadie, portée disparue depuis quelques mois. Il tente tant bien que mal de remonter le fil des événements. 
La double narration est très bien faite, les détails de l'une se retrouve dans l'autre, et on voit avancer les enquêtes même si les protagonistes ne prennent pas les mêmes chemins pour arriver à la même conclusion. 

・✖︎・

Il y a cependant quelque chose dont je dois vous prévenir : ce roman aborde les violences sexuelles sur mineurs. Je ne le savais pas avant de le lire, mais je crois qu'il vaut mieux le dire parce qu'on n'est pas tous prêt-e-s à lire ça. Il n'y a pas de scènes décrivant les actes à proprement parler, tout est dans la suggestion, mais bon c'est mieux de le savoir avant de se lancer dans cette lecture. 

・✖︎・

Pour ma part j'ai beaucoup aimé ce livre, il est intense et il peut être très émouvant, car criant de vérité, les passages où Sadie raconte sa vie avec sa mère, sont durs parce qu'on sent qu'elle a manqué d'amour. La psychologie des personnages est finement retranscrite. 
Et surtout il est très bien construit, c'est intelligemment fait pour nous donner envie de continuer et d'aller jusqu'au bout. 
Je ne le mettrais pas entre les mains de tous par contre, le sujet étant vraiment difficile. 

8/10 

jeudi 6 juin 2019

Entre deux mondes, Olivier Norek

Quatrième de couv' : Adam a découvert en France un endroit où l'on peut tuer sans conséquences.



Mon avis : J'avais pas mal entendu parler de ce livre récemment sur Booktube. Tout le monde était unanime : c'était émouvant.
J'ai l'impression que ça faisait longtemps que je n'avais pas acheté ou du moins lu un roman du rayon policier. Pourtant ce roman est au-delà de ça. A mon avis, on est plus sur du roman de société que sur un roman policier.

⤶↻⤵︎

Comme il n'y a pas de résumé sur le livre, je vais en faire un très succinct pour ne rien vous gâcher.
L'histoire commence en Syrie où Adam, policier du régime de Bachar Al-Assad, travaille aussi pour le compte des rebelles de la Syrie libre. Craignant d'avoir été dénoncé, il envoie sa femme et sa fille faire la traversée de la Méditerranée pour rejoindre l'Europe, avant de les rejoindre une semaine plus tard.
Nous sommes à Calais en 2016, dans la Jungle. Nous découvrons la vie des migrants stoppés par les autorités à la frontière.
Bastien Miller, flic arrivé de Bordeaux avec sa femme et sa fille, découvre lui aussi la Jungle calaisienne.

⤶↻⤵︎

Je ne pensais pas être intéressée par ce sujet, j'avais aussi un peu peur de lire un livre dans lequel on opposerait policiers et migrants.
L'ingéniosité de l'auteur est d'avoir su créer un lien entre Adam, migrant Syrien, capitaine de police dans son pays d'origine, et Bastien, lieutenant propulsé dans un lieu où les lois françaises ne s'appliquent plus. J'ai beaucoup aimé le lien entre ces deux personnages. Le fait que l'un ne voit pas la police comme un ennemi. Le fait que l'autre ne voit pas les migrants comme des sauvages. Avec ce roman, l'auteur retranscrit la complexité de la vie. Il nous montre qu'on ne peut pas juger sans connaître les situations personnelles de chacun.
Tout au long de cette histoire on découvre des situations difficiles, et un avertissement pour les personnes très sensibles : il y a des passages où il est question de violences sexuelles sur mineur. L'auteur ne nous épargne rien, et plus loin dans le récit, nous apprenons qu'un enfant a été enfant-soldat, a vu et vécu des choses qu'aucun enfant occidental ne vivra jamais.

⤶↻⤵︎

J'ai vraiment été surprise d'autant apprécier ce roman, sûrement parce qu'il nous montre des situations auxquelles on n'a jamais pensé, que peut-être notre inconscient n'a jamais voulu nous montrer. Pourtant les brigades basées à Calais ont vu ce qu'il se passait dans la jungle, ont dû empêcher jour après jour les migrants de monter dans des camions pour tenter la traversée. Les médias ne nous ont jamais montré les atrocités qui se déroulent là-bas ni à quel point la police française ne peut rien faire pour aider les migrants.
Bref, même si ce roman est une histoire, je veux croire qu'elle s'inspire de faits réels que l'auteur, en tant que policier, a connu et qu'il a souhaité partager. On ferme les yeux sur beaucoup de choses, et je remercie l'auteur de m'avoir fait prendre conscience d'une situation complexe sur laquelle je ne m'étais jamais arrêtée. J'apprécie quand un roman m'apprend des choses, me fait découvrir ce qu'a pu être la vie difficile d'autrui.
En bref, je dirais que c'est un roman indispensable, si vous souhaitez en apprendre plus sur la situation des migrants en France, du moins à l'époque de la jungle de Calais.

9/10

La fiche du livre sur le site de l'éditeur

L'Iliade et l'Odyssée, Homère

Quatrième de couv' : Pendant la guerre de Troie, le roi Agamemnon et ses troupes grecques viennent récupérer Hélène, enlevée par Pâris. Les deux camps s'affrontent alors au cours de batailles mythiques, faisant preuve de bravoure, comme l'ont montré Achille l'invaincu et le valeureux Hector.
Dix ans plus tard, Ulysse n'a toujours pas regagné son pays, l'île d'Ithaque. Son voyage en mer est troublé par les tempêtes et la rencontre de créatures monstrueuses, comme le Cyclope ou les sirènes. Mais Ulysse doit se presser, car son royaume est en danger, et Télémaque, son fils, ne pourra pas le protéger éternellement...

Les destins des héros de l'Antiquité sont dépeints dans l'Iliade et l'Odyssée, deux épopées emblématiques où les rivalités entre les dieux sont la cause de toutes les péripéties.


Mon avis : N'ayant jamais lu ni l'Iliade, ni l'Odyssée, et trouvant que ça manquait cruellement à ma culture générale, je me suis décidée à acheter ce recueil de textes adaptés aux enfants par la maison d'édition Auzou. Je ne voulais pas me lancer dans un texte trop long, mais connaître les grands axes de ces épopées.

✦✣✦

Et... disons que j'ai été assez déçue. Je ne sais pas du tout ce qui m'attendait avec l'Iliade et quel ennui ! Pfffiou ce récit de batailles sur batailles entre les Grecs et les Troyens, qu'est-ce que c'était ennuyeux ! En plus je n'arrivais pas à me mettre en tête de quel côté étaient les personnages.

✦✣✦

Quant à l'Odyssée d'Ulysse, j'ai trouvé que c'était assez succinct, ce qui m'a un peu déçue, j'en attendais certainement plus du côté aventure. Malheureusement on passe d'un "épisode" à l'autre très rapidement, sans approfondir les épreuves.

✦✣✦

Globalement je suis plutôt contente de savoir désormais de quoi ça parle. Mais il faudrait sûrement que je trouve une adaptation de l'Odyssée plus fournie. Quant à l'Iliade je ne compte pas me replonger dedans car les récits de bataille m'ennuient.

5/10

La fiche du livre sur le site de l'éditeur

lundi 3 juin 2019

Tour B2 mon amour, Pierre Bottero

Quatrième de couv' :
"-Je vous amène la nouvelle élève.
Silence total.
Tristan avait une drôle de boule nouée à l'intérieur du ventre. Une boule faite d'un sentiment étrange qu'il n'avait pas envie d'analyser. Pas encore."
Dans la rue de Vienne où se dresse la tour B2, un premier amour s'écrit sur le béton.


Mon avis : Depuis quelques semaines, au boulot, ce livre revenait sur mes feuilles de proposition de retours, le truc c'est que je n'avais pas envie de le retourner, pour lui laisser une chance. Malheureusement les ados qui viennent acheter des bouquins dans mon rayon achètent surtout des nouveautés, des best-sellers, des titres qui marchent, pas des titres un peu confidentiels, d'un auteur décédé en 2009. Alors plutôt que de le retourner, je me le suis acheté. Ça m'aurait trop attristée de le retourner sans savoir ce qu'il renfermait. Et j'ai plutôt bien fait.

■●■

L'histoire est celle de Tristan, gamin d'une cité où il vit seul avec sa mère. C'est un garçon qui s'est construit une carapace suite au départ de son père, et puis aussi parce que les garçons de cette cité ne sont pas du genre à étaler leurs sentiments.
Arrive dans la cité Clélia, jeune fille dévoreuse de livres, qui utilise un vocabulaire suranné.
Entre eux, les choses vont commencer difficilement. Mais Tristan n'est pas si mauvais au fond, il se rend vite compte quand il dérape. Alors même si c'est difficile, il parvient à mettre sa fierté de côté pour s'excuser, et avoir avec Clélia une relation ouverte qu'il n'avait jamais eu avec personne auparavant. Tous les deux vont s'apporter beaucoup, scolairement déjà, puis Clélia va aider Tristan à s'ouvrir émotionnellement. C'est un véritable changement qui s'opère chez ce garçon.

■●■

Le style est parfois poétique, presque lyrique. Il y a certains passages que j'ai trouvés un peu trop travaillés, pas assez naturels. Cela dit, l'histoire est pleine d'espoir et j'ai apprécié lire un roman bien écrit. Bien que vers la fin, l'histoire d'amour soit presque trop forte. Après, il faut se mettre à la place de ces adolescents, c'est leur première histoire d'amour, c'est fort, et ils la vivent à fond.

■●■

C'est une magnifique histoire d'amour entre deux adolescents qui n'avaient rien à voir ensemble mais qui vont réussir à s'apprivoiser.

8/10

La fiche du livre sur le site de l'éditeur

Nos étoiles contraires, John Green

Quatrième de couv' : Entre rire et larmes, le destin bouleversant de deux amoureux de la vie.
Un best-seller hors catégorie en version Collector pour les 25 ans de PKJ.

"Lorsque je lisais ce livre à la plage, ma mère m'a demandé ce qu'il racontait, et moi, complétement absorbée par ma lecture et désirant y retourner au plus vite, je lui ai dit le gros de l'histoire.
- C'est une fille qui a le cancer, qui rencontre un gars qui avait le cancer. C'est génial !
Alors là, elle m'a lancé un regard inquiet et m'a dit :
- Tu es sûre que ça va ?"
Une lectrice, sur Booknode.com

"Un roman sur la vie, sur la mort et sur les gens qui se retrouvent coincés entre les deux. "Nos étoiles contraires", c'est John Green au sommet de son art. On rit, on pleure et on en redemande"
Marcus Zusak, auteur du bestseller La voleuse de livres

"Alors qu'on craint ne ressentir que de la tristesse en le refermant, ce livre nous fait aimer la vie plus que jamais"
Mélanie Blossier, chroniqueuse pour le magazine Page et libraire à la librairie Doucet, au Mans

"Ça frôle le génie. Ce livre est tout simplement dévastateur; Il affronte sans peur les émotions simples, directes et puissantes"
Time Magazine


Mon avis : Nos étoiles contraires est l'un des premiers livres que j'ai emprunté et lu lors de mon premier emploi en librairie. Autant vous dire qu'à l'époque je ne connaissais que peu la littérature ado.
Et mes articles de blog étaient très courts.
Je n'avais donc pas le livre en ma possession et il figurait sur ma wishlist depuis des années. Quand j'ai vu que PKJ sortait une nouvelle édition, dorée, très jolie, j'ai préféré l'acheter plutôt que celle à la couverture bleue. J'avais aussi très envie de relire ce livre.

✬✪✬

Dois-je vraiment résumer cette histoire ? Allé, non. On se passera d'un résumé sobre, parce que je pense que l'univers entier a déjà lu ce livre, ou vu le film, ou entendu parler de cette histoire. Bon je préviens tout de suite : je SPOILE à mort.

✬✪✬

Alors mon avis, 6 ans après ma première lecture de ce roman : globalement ça n'a pas changé. SAUF que je dirais qu'il y a 4 parties dans ce roman et qu'elles ne se valent pas.
La première est celle de la rencontre entre Hazel et Augustus : c'est très bien écrit, c'est intéressant, jamais mièvre, parfois drôle. Je me suis surprise plusieurs fois à me dire que cette partie était géniale, tellement bien équilibrée !

La seconde partie se porte sur leur voyage à Amsterdam : je ne me souvenais pas de ce qui s'y passait, en relisant j'ai vu à quel point il était difficile pour deux jeunes malades de voyager, et pourtant ils le font. J'étais étonnée que la mère d'Hazel fasse tant de choses de son côté, les laissant si souvent en tête à tête. J'ai flippé pour Hazel quand elle gravit les escaliers de la maison où s'était cachée Anne Frank durant la seconde guerre mondiale. J'imagine que c'était une métaphore, tandis qu'Hazel gravit ses marches, elle repousse le cancer. C'est aussi dans cette partie où l'on apprend que Gus connaît une rechute importante.

Arrive alors la troisième partie : retour dans l'Indiana où l'on suit les deux amoureux vivre leurs derniers moments à deux. Ça n'a rien de magique et de beau puisque Gus souffre atrocement, perd sa dignité et meurt finalement à l'hôpital, inconscient de son sort.

Et enfin, la toute dernière partie dans laquelle Hazel retrouve Van Houten, son écrivain préféré qui l'a pourtant dégoûtée lors de leur rencontre à Amsterdam, elle apprend que Gus lui aurait laissé un texte, et cette quête vient clôturer cette histoire.
Pourtant moi, elle ne me satisfait pas. J'ai trouvé cette dernière partie très longue et en fait, la mort d'Augustus ne m'a pas touchée. Peut-être parce que l'auteur nous y prépare beaucoup... Une fois décédé, je me demandais ce qu'il se passerait dans les 60 pages suivantes, en fait j'aurais aimé me concentrée sur le deuil et le chagrin d'Hazel, pas sur cette quête des dernières pages écrites par Gus, mettant aussi en scène ce Van Houten, que je n'apprécie pas.

✬✪✬

C'est bizarre il y a 6 ans, mon avis portait surtout sur l'histoire d'amour. Cette fois-ci j'ai surtout vu que l'histoire portait sur la fin de la vie d'un proche et comment on peut anticiper les derniers moments ? De quelle manière vivre quand on a un cancer et qu'il nous reste peu de temps à vivre ?

7/10

La fiche du livre sur le site de l'éditeur