mercredi 20 mai 2020

Trouver les mots, Julie Buxbaum

Quatrième de couv' : Elle n’a plus envie de parler. Il n’a jamais su communiquer. Ensemble, ils vont s’aider.
Le jour où Kit Lowell, l’amour secret de sa vie, s’assoit à sa table de cantine, David est bouleversé. Il comprend que c’est le moment ou jamais de démarrer une conversation. Mais quoi de plus difficile pour un garçon solitaire, qui ne comprend rien aux conventions sociales ?
Kit, elle, cherchait un endroit où on la laisserait enfin tranquille, après la mort de son père. Elle est loin de se douter de ce qu’elle va trouver en posant son plateau à côté de celui de David…


Mon avis : Il y a quelques jours j'ai eu envie de lire 3 livres (Trouver les mots, Pretty Dead Girls et Carry On). Je les ai tous commencés en lisant 2 chapitres de chaque. Trouver les mots est sorti du lot, j'ai donc choisi d'avancer plus rapidement dans celui-ci.
Le résumé est très succinct et n'éclaire pas du tout sur ce qui nous attend avec cette histoire.

⩚⩙⩚

J'ai beaucoup aimé. J'ai trouvé que c'était doux et triste, mignon et intéressant.
Le résumé n'étant pas très explicite, je vais tout de même vous prévenir sur deux points :
- Le père de Kit est décédé dans un accident de voiture un mois plus tôt. La jeune fille est rongée par le chagrin, ne se sentant plus du tout en phase avec ses amies, qui sont, elles, encore pleines d'insouciance.
- David est un garçon particulier, qui présente des troubles du spectre autistique. On comprend vite pourquoi il est laissé à l'écart au lycée.

Dans le résumé, il est dit que Kit est l'amour secret de David, c'est faux. Au moment où elle s'assoit à sa table à la cafétéria, David n'avait pas encore développé de sentiments amoureux pour elle.

⩚⩙⩚

C'est l'histoire de deux adolescents qui ne sont pas en phase avec leurs pairs.
Pour David, il en est ainsi depuis toujours. Sa grande soeur, surnommée Mimi, est partie étudier à la fac, alors il doit apprendre à se débrouiller tout seul, et pour ce faire, il possède un carnet de notes qui lui permet de lire et relire les règles sociales qu'elle a tenté de lui apprendre, les personnes à éviter au lycée ou les personnes en qui il peut avoir confiance.
Pour Kit, qui a toujours été bien intégrée au lycée, la mort récente de son père, lui a fait perdre sa joie de vivre, mais aussi sa légèreté. Elle n'arrive plus à supporter les conversations vaines et les comportements désinvoltes de ses amies, et décide de s'assoir à la table de David lors du déjeuner. En faisant cela, elle va apprendre à le connaître, apprécier sa franchise (il ne s'embarrasse pas des conventions sociales), et développer pour lui de l'affection.

Ces deux personnages sont très touchants et j'ai bien aimé les suivre dans leurs pensées, tout comme dans le développement de leur relation.

⩚⩙⩚

En rédigeant les pensées de David, l'autrice fait le pari ambitieux de se mettre à la place d'un adolescent atteint de troubles du spectre autistique. Je ne saurais pas dire si tout est juste, mais en tout cas, on voit bien que le jeune homme a un grand nombre de difficultés pour comprendre le second degré, les sarcasmes ou les expressions imagées. Il tente malgré tout de faire des efforts pour comprendre les autres, mais ce n'est pas évident pour lui.

⩚⩙⩚

L'histoire de Kit, avec le décès de son père est un peu plus complexe que ce qu'on pourrait croire au premier abord. Je me suis laissée porter par l'autrice, et j'ai trouvé que cette partie de l'histoire était intéressante, bien formulée quant aux ressentis de Kit, face à cette situation. Le deuil est quelque chose de très difficile à vivre, alors quand on ajoute là-dessus des secrets et des mensonges, il devient encore plus compliqué, surtout pour une adolescente.

⩚⩙⩚

Pour ce qui est de la forme, c'est tout simple : on alterne les chapitres du point de vue de David, puis du point de vue de Kit. Le récit est linéaire, on retrouve l'un des personnages là où on a laissé l'autre juste avant. Il n'y a quasiment pas de flashbacks.

Par contre, et c'est un problème récurrent avec les auteurs américains, on a un début de dialogue, que l'autrice entrecoupe par une très longue description du contexte ou de l'environnement du personnage, avant de nous donner la réponse de l'autre personnage pour le dialogue. J'ai HORREUR de ce procédé, entre-temps j'ai oublié la phrase d'ouverture du dialogue et je dois donc repartir en arrière pour relire le début de celui-ci.

⩚⩙⩚

J'ai bien aimé la fin, qui est atypique (spoilers, à surligner si vous voulez savoir) : les personnages ne finissent pas ensemble, mais la porte reste ouverte. J'ai trouvé ça joliment fait et ça change des fins qui se ressemblent toutes.

⩚⩙⩚

Un joli roman, qui peut sensibiliser les adolescents à la différence que présentent les enfants atteints de troubles du spectre autistique.
J'ai trouvé que le roman était facile à lire (peut-être un peu trop, car il ne s'y passe pas grand chose), et donnait de la visibilité à des personnages, comme David, mais aussi comme Kit, dont la mère est originaire d'Inde. Ce roman soulève des thématiques qu'on retrouve désormais souvent dans la littérature adolescente : le deuil, la différence, les relations parents-enfants.

7/10

La fiche du livre sur le site de l'éditeur

Aucun commentaire:

Publier un commentaire