lundi 25 mai 2020

Le manuscrit inachevé, Franck Thilliez

Quatrième de couv' : Une enquête sans corps.
Une défunte sans visage.
Un thriller sans fin.

Aux alentours de Grenoble, une voiture finit sa trajectoire dans un ravin. Dans le coffre, le corps d’une femme. À la station-service où a été vu le conducteur, la vidéosurveillance est claire : l’homme n'est pas le propriétaire du véhicule.

Léane Morgan et Enaël Miraure sont une seule et même personne. L’institutrice reconvertie en reine du thriller a toujours tenu sa vie privée secrète : un mariage dont il ne reste rien sauf un lieu, « L’Inspirante », villa posée au bord des dunes de la Côte d’Opale, et le traumatisme de l'enlèvement de sa fille Sarah. L'agression soudaine de son mari va faire resurgir le pire.

Dans le vent, le sable et le brouillard, une question parmi d'autres se pose : vers qui et vers quoi se tourner quand l'unique vérité est que tout vous devient étranger ?



Mon avis : En Mai 2019, j'ai acheté ce roman le jour de sa sortie en poche (ce n'était pas prévu, je n'étais pas allée en librairie exprès pour l'acheter), j'en avais beaucoup entendu parler en bien sur Booktube.
Evidemment comme il est assez épais, je l'ai laissé dans ma PAL durant un an. Vous commencez à me connaître, je ne suis pas une grande fan des romans de plus de 400 pages.
Après avoir lu Dirty week-end, j'étais bien partie pour lire encore un roman sombre, noir, glauque.
Le manuscrit inachevé était dans mes PAL mensuelles depuis mars et chaque fois j'en reportais la lecture. Quelle erreur ! si j'avais su que ça me plairait autant, que ça me tiendrait en haleine comme peu de livres le font, je l'aurais lu bien plus tôt.

∴∭∴

De Franck Thilliez je n'ai lu que 2 romans : Puzzle, qui avait été un coup de coeur et que je conseille encore et encore, et Train d'enfer pour ange rouge, que j'avais apprécié, mais sans plus. Je ne suis donc pas une grande spécialiste de sa prose. Je préfère d'ailleurs lire ses one-shots que la série Sharko et Hennebelle.

∴∭∴

Me voilà à commencer Le manuscrit inachevé hier matin et à ne plus pouvoir le lâcher.
Le format est particulier, on a un roman dans le roman, avec même des auteurs de romans dans le roman. Bref, une véritable mise en abîme. Des poupées russes en quelques sortes.
Pour la faire simple : J.L. Traskman est le fils d'un auteur à succès, Caleb Traskman. A sa mort, J.L. a trouvé dans les affaires de son père un manuscrit inachevé. Etrange que ce grand auteur n'ait pas pris la peine d'écrire le dénouement de son histoire. C'est donc son fils, avec toute l'équipe de la maison d'édition qui va en rédiger la fin.

Cela dit, en ayant lu toute l'histoire quasiment d'une traite, et en publiant cet article à chaud, je ne vois pas en quoi cet effet de style était nécessaire. Pourquoi dire que cette histoire a été écrite par un écrivain fictif (Caleb Traskman puis la fin par son fils) plutôt que par Franck Thilliez lui-même ? En lisant le roman je ne me suis pas dit que je lisais le roman de C.T. mais que je lisais l'histoire écrite par Franck Thilliez. Bref... je ne sais pas si je me fais bien comprendre. En tout cas, je ne vois pas ce que ça apporte d'avoir fait une histoire dans l'histoire puisqu'à la fin on a quand même les réponses à nos questions. Même si la fin est ouverte sur un certain point, tout le reste est expliqué.

∴∭∴

Dans le texte, faussement rédigé par Caleb Traskman, nous découvrons Léane Morgan, autrice à succès de romans policiers, dont la vie s'est plus ou moins arrêtée 4 ans plus tôt, lors de la disparition de sa fille de 17 ans, Sarah. Son mari et elle n'ont jamais voulu croire à la mort de leur fille, Jullian s'est acharné à la retrouver, mobilisant la police ainsi que les bonnes volontés grâce aux réseaux sociaux.

A l'autre bout de la France, aux alentours de Grenoble, une voiture volée immobilisée livre ses secrets : le corps d'une femme sans visage, et deux mains dans un sachet.

Evidemment, les deux histoires sont liées, mais comment ?

∴∭∴

Ce qui m'a plu c'est que l'auteur a écrit une histoire complexe et très riche, même en détails, mais surtout une enquête bien ficelée. Rien n'est laissé au hasard et c'est ce que j'apprécie le plus chez cet auteur. Il donne des indices toujours au moment où on commence à se poser des questions, un peu comme si il anticipait nos doutes. En cela, la construction du roman est très efficace.
Le suspense est bien présent et l'alternance des arcs narratifs nous donne forcément envie de continuer pour dénouer les noeuds.

Les personnages ne sont pas trop nombreux, ce qui évite de nous perdre. On ne s'attache pas forcément à eux. Le flic Vic Altran et son collègue Vadim Morel sont un peu des clichés : l'un parce qu'il est en plein divorce, vit dans un hôtel minable et a des problèmes relationnels avec son adolescente de fille, l'autre dans sa façon de réagir, en s'emportant vite.
J'ai trouvé le personnage de Léane très intéressant, elle a un passé bien trouvé, une psychologie à laquelle on peut s'identifier. Ce n'est pas une personnalité qu'on aime ou qu'on déteste, elle se pose des questions sur la justice : jusqu'où peut-elle aller pour obtenir des réponses ?

L'ambiance des lieux est aussi un élément très important : l'auteur nous emmène sur la côte d'Opale, au milieu des dunes durant l'hiver, mais aussi dans les montagnes en Isère, où l'on visite un ancien internat pour garçons, ou des chalets isolés où il se trame des choses étranges derrière les murs de pierre. L'hiver amène ses tempêtes de neige et ses températures en dessous de 0° degré. On frissonne avec les personnages.

∴∭∴

Par contre, ce qui me semble peu crédible, ce sont les distances que parcourent les personnages : ils n'hésitent pas sur une journée à aller de Lyon à Berck, ou de Berck à Mâcon ou Reims, bref à faire des distances immenses sans donner l'air d'en avoir marre. Perso, je ne fais pas 7h de route tous les deux jours, même si c'est pour chercher des indices ou mettre en branle un plan machiavélique.
Tout se joue sur une poignée de jours et les personnages repoussent leurs limites physiques pour résoudre cette histoire.

∴∭∴

C'est un roman très sombre, avec des découvertes franchement glauques et parfois gores. Si vous êtes un peu sensible, passez votre chemin ! On pénètre un monde où les déviances sexuelles sont banalisées.

Par contre je ne sais pas pourquoi tous les avis sur Livraddict ou Babelio sont sur le mode "c'est un jeu de pistes !" "il faut résoudre les énigmes"... Mais en fait, dès que tu ouvres un roman policier, dès la première phrase, C'EST le but.
Enfin, dès que j'ouvre un polar c'est pour décrypter les indices donnés par l'auteur∙rice, pour moi TOUT polar est un jeu de pistes dont je dois résoudre les énigmes glissées au fil des pages pour deviner, anticiper la fin choisie par l'auteur. Du coup je ne vois pas en quoi ce roman de Franck Thilliez serait plus exceptionnel que d'autres romans du même genre... (à part qu'il est bien construit et haletant, mais ça vous l'aviez compris).

8/10

La fiche du livre sur le site de l'éditeur

Aucun commentaire:

Publier un commentaire