mardi 25 février 2020

Chocolat, Joanne Harris

Quatrième de couv' : Séduites par Lansquenet, Vianne Rocher et sa fille Anouk décident d'y établir leur chocolaterie. Mais dans ce petit village du sud-ouest de la France, le père Reynaud veille sur ses ouailles comme la cuisinière surveille le lait sur le feu. Aussi voit-il en l'ouverture de La céleste Praline l'œuvre d'une sorcière. Et s'il avait raison?

Joanne Harris nous offre une ode gourmande à la tolérance et au plaisir.
Adapté au cinéma avec Juliette Binoche et Johnny Depp dans les rôles-titres, Chocolat s'est vendu à plus de douze millions d'exemplaires dans cinquante-cinq pays.



Mon avis : Il me semble avoir vu le film il y a très, très longtemps. Il est actuellement disponible sur Netflix, mais je souhaitais lire le livre avant. Ça faisait plusieurs années que je le cherchais en librairie, mais comme il est un peu ancien, j'ai mis du temps à le trouver. J'ai fini par tomber dessus lors de mon dernier passage à Bayonne en septembre dernier, à la librairie Elkar. J'étais ravie de le trouver là-bas et je n'ai pas hésité longtemps avant de l'acheter.

🍫🍩🍪

Vianne Rocher et sa fille Anouk décident de s'installer à Lansquenet, une village de 200 habitants. Depuis sa plus tendre enfance, Vianne n'a fait que fuir et passer de ville en ville avec sa mère, à présent décédée. Sans jamais comprendre pourquoi, elle a gardé en elle ce besoin de bouger constamment, elle pense pourtant pouvoir poser ses valises dans ce village. Très vite, elle comprend que l'un des habitants de la commune va s'opposer à son installation et à l'ouverture de son commerce : un magasin de chocolats. Il s'agit du père Reynaud, personnage emblématique du village, qui cache son lot de secrets.

🍫🍩🍪

J'ai commencé ce roman sans savoir à quoi m'attendre. J'avais dans l'espoir de lire un roman qui ferait honneur au chocolat, où se développerait une histoire d'amour. Mais je ne pensais pas y trouver des zestes de sorcellerie et d'affrontements avec un homme d'Eglise.

On a quasiment un chapitre sur deux qui est du point du vue du curé, et comment vous dire ? Il est... insupportable. J'ai détesté les passages où il s'exprimait, ça me mettait mal à l'aise, parce qu'il était dépeint comme quelqu'un de très mauvais. Etrangement dans l'histoire, c'est lui qui est le mieux développé et a le plus de profondeur, car on connait peu à peu son passé. MAIS j'ai détesté ce qu'a voulu faire l'autrice avec ce personnage d'Eglise qu'on perçoit comme mauvais : c'est dérangeant de lire un roman manichéen où il n'y a aucune nuance, ça me donne l'impression d'être prise pour une idiote.

L'histoire se situe en 1995 et on a l'impression que ce village vit encore comme dans les années 50. Il y a 3 commerces, un café et une Eglise. C'est autour du père Reynaud que tous les habitants du village se rassemblent. Ça ne m'a pas paru très crédible qu'on trouve un village qui ne vit que pour et par la religion. Il y a très peu de brebis galeuses, un ou deux personnages ne se rendent pas à l'église tous les matins dès 6h pour écouter la messe. Et même celle qui ne croit pas en Dieu, reçoit les sacrements lors de son décès (genre whaaat ?).
Donc déjà situer l'intrigue en 1995 dans un village français, avec un prêtre qui régit la vie de la communauté, ça sonne faux.

Ensuite, notre chère Vianne Rocher décide sur un coup de tête de s'installer là. Elle trouve direct une maison avec un commerce et en 3 jours elle ouvre sa boutique ! Elle fait appel à 2-3 bonhommes du village pour repeindre les murs et redonner un peu de vie à l'intérieur du lieu, et pouf tout est prêt ! je ne crois pas que ça marche comme ça dans la vraie vie...

L'histoire se déroule entre le 11 février et le 28 mars, c'est-à-dire en 1 mois et demi, et tout arrive super vite, super facilement. Vianne se lie d'amitié avec des gens du jour au lendemain, comme si elle avait toujours vécu là.

Elle couche avec quelqu'un UNE fois et tombe enceinte direct : dans les secondes qui suivent l'accouplement, elle SAIT qu'elle est enceinte. Non mais okay la meuf est un peu sorcière sur les bords, mais quand même ! La touche mystique présente dans ce roman m'a semblé bien mal exploitée, elle est utile dans le sens où on oppose l'Eglise aux croyances païennes (encore que ce soit une vision bien simpliste des choses...), mais soit il fallait y aller à fond et faire un roman fantastique avec de la vraie sorcellerie, soit il fallait s'abstenir de parler d'un "vent" qui pousse Vianne à s'installer là pour anéantir "L'homme Noir", et qu'elle connaît les goûts en chocolat de tout le monde sans même avoir discuté avec les gens, etc. Je dois dire que même si j'aime les femmes indépendantes et fortes comme Vianne, le fait qu'elle soit mise en opposition avec le prêtre, m'a amenée à la détester. Vianne est forcément parfaite, à l'aise avec les gens, drôle, pleine d'empathie, et sans aucun défaut. Je suis désolée, mais non, ce n'est pas un personnage comme ça que j'ai envie de voir dans un roman !

🍫🍩🍪

Par ailleurs je n'ai pas trop aimé le style d'écriture, j'ai trouvé que c'était lourd de descriptions à certains moments (je n'ai pas besoin qu'on me décrive toutes les fleurs du jardin d'Armande, merci) et super classique dans la narration.
On n'entrait pas toujours assez dans la tête de Vianne, alors que l'histoire nous est contée par elle. Elle raconte les événements, mais sans trop mettre de mots sur ses émotions, un peu comme si elle était une simple spectatrice de l'histoire.
Et malheureusement la romance entre Vianne et un certain homme n'était pas assez développée : l'autrice donne quelques indices, et quand ça arrive, on est là : "ouais bof", surtout qu'elle a cousu une autre histoire entre le personnage masculin et une amie de Vianne. Chelou.

🍫🍩🍪

Outre ces points négatifs, ça se lit vite et facilement. Les personnages de la communauté sont amusants et attachants, leurs liens sont souvent touchants : comme Armande et son petit-fils Luc, ou Guillaume et son chien Charly. On les voit entrer dans la boutique d'Armande, développer des liens avec leurs voisins. Eux, sont plutôt agréables à suivre et développés dans leurs rapports aux autres.
La boutique est un lieu de rencontres entre les personnages et il y a un côté très agréable à découvrir ce qu'ils se disent. Et puis nous aussi, on aimerait être là, à dévorer du chocolat.

🍫🍩🍪

J'ai beaucoup aimé les trois grosses thématiques de l'histoire qui concernent des personnages secondaires : pour tous il s'agit de l'arrivée de nomades dans la commune et comment ils réagissent à ça, pour l'une il s'agit de la violence faite aux femmes et comment elle s'en libère, pour l'autre il s'agit du choix de sa mort. Sans ça, le roman qui ne tenait pas debout, propose trois sujets de société vraiment intéressants et qui amènent à la réflexion.

🍫🍩🍪

Ça se lit donc vite et ce n'est pas un mauvais livre, mais ce n'était pas aussi bien que ce que j'imaginais. Il est possible aussi que le film m'ait laissé des images en tête qui ne correspondaient pas à ma lecture...

5/10

La fiche du livre sur le site de l'éditeur

Aucun commentaire:

Publier un commentaire