lundi 23 septembre 2019

The Mortal Instruments : Les origines, tome 1 : L'Ange mécanique, Cassandra Clare

Quatrième de couv' : Tessa débarque à Londres pour rejoindre son frère. Mais à peine arrivée, elle tombe dans un piège : enlevée par les horribles Soeurs Noires, elle développe des pouvoirs qu’elle ignorait posséder.
Jusqu’au jour où Will, un Chasseur d’Ombres, la libère et lui apprend qu’elle est une Créature Obscure. Un nouveau destin attend Tessa dans un monde mystérieux, où vampires, sorciers et autres créatures de l’ombre règnent en maîtres…



Mon avis : Vous allez vous demander pourquoi j'ai voulu lire ce livre... Récemment je me suis abonnée à la chaîne Booktube d'une fille (Justine de RedblueMoon) qui n'arrêtait pas de vanter les mérites de cette saga. Elle expliquait que la saga "Les origines" se déroulait à la fin du XIXè siècle à Londres. Il n'en a pas fallu plus pour me convaincre d'acheter le premier tome en poche.

(Pour la petite anecdote, j'ai pris un dont le bord droit était déchiré plutôt que de le mettre au retour. Ce que j'ai découvert plus tard, c'est qu'en fait il y avait eu une erreur d'impression : la page 336 avait été remplacée par la 356. J'imagine donc qu'un libraire d'une autre Fnac avait eu vent de ce problème et avait retourné le livre à la Centrale, qui a été renvoyé dans ma Fnac, sans mention de ce problème...).

𝌡࠲⋇

Alors soyons honnête, j'ai mis un mois à lire ce livre. Les premières 60 pages m'ont plu. Puis je l'ai posé. J'ai avancé un peu. Je l'ai à nouveau posé pendant quelques jours. Je le lisais petit morceau par petit morceau. Jusqu'à ce que j'en ai marre de ne pas réussir à le finir, alors une fois que j'ai dépassé la moitié, je me suis motivée à aller jusqu'au bout, sans le lâcher pour d'autres lectures.

Et c'est ça qui est bizarre, c'est que les pages défilaient, j'ai lu très vite, parce qu'on a une alternance de dialogue et de narration, de rebondissements et de discussions, bref, c'est bien foutu, mais je n'étais pas totalement dedans. A la lecture ça me plaisait, mais dès que je fermais le livre pour aller faire autre chose, quand je revenais je n'avais pas envie de le continuer. Je pense que ça vient du fait que je n'ai pas l'habitude de lire ce genre de roman : c'est un peu steampunk, un peu fantasy, un peu romance. C'est un mélange de genres dont je n'ai pas l'habitude.

𝌡࠲⋇

J'ai aimé découvrir cette histoire, mais c'est très classique dans sa structure narrative. Il y a évidemment tout un tas de rebondissements, mais ils sont toujours attendus, on sait à quel moment ils vont se passer, parce qu'on a toujours le même schéma. Il faut bien dire que même dans les moments où on craint pour la vie des héros, on sait qu'ils vont tous s'en sortir car un Deus Ex-Machina finira bien par arriver.
Je me suis quand même laissée porter par les événements qui s'y déroulaient sans y réfléchir à l'avance, et c'est assez agréable.

𝌡࠲⋇

Les personnages aussi ont un rôle bien attribué à chacun. Will est le mec ténébreux, sarcastique, qui n'avoue jamais ses failles, ni ses sentiments. Jem est le gentil garçon qui souffre d'une maladie mystérieuse. Jessamine est la Chasseuse d'Ombre, peste et très portée sur les apparences. Quant à Charlotte et son mari Henry, ils sont bienveillants et généreux, si l'une endosse des responsabilités de gestion (alors que c'est une femme), l'autre est un peu un savant fou, tête en l'air, qui ne réussit pas grand chose.
Tessa est une jeune Terrestre, qui ne comprend pas bien où elle a atterri. Peu à peu elle va s'habituer à ce monde qui met en scène des créatures fantastiques, et comme elle, on va découvrir qui est qui, quelle place a chacun dans cette société.

En ce qui concerne les méchants, eh bien... ils sont méchants. Les vampires sont des créatures infréquentables, sauf une. Les sorciers et sorcières ont un rôle un peu particulier et ne sont pas très bien vus. Et les Chasseurs d'Ombres sont les gentils censés régler leur compte aux démons qui feraient n'importe quoi.

Et puis il y a des Automates ! voilà ce qui fait de ce roman un roman steampunk : on voit arriver une dizaine d'automates, qui oeuvrent sous les ordres du Magistère. Ce qui ne les rend pas très sympathiques par ailleurs...

𝌡࠲⋇

L'ambiance est aussi très bien retranscrite, c'est sombre, c'est gris, il fait froid et ce Londres est plutôt morose. L'Institut m'a donné l'impression d'être une sorte de grande bâtisse froide et noire, avec des tentures lourdes qui cachent les fenêtres. Et puis ça se déroule à une époque où il n'y a pas d'électricité, donc dans mon imagination tout paraît plus sombre.

𝌡࠲⋇

J'ai bien aimé découvrir l'histoire en suivant une jeune fille qui se croyait être une Terrestre et finit par comprendre que ses pouvoirs la classent plutôt dans la catégorie des sorcières. Ça nous permet de tout découvrir avec autant de naïveté qu'elle. (C'est un procédé qu'on a évidemment eu l'occasion d'observer dans Harry Potter, mais je dois dire que ça fonctionne toujours.)

Je ne sais pas encore si je lirai la suite. Les tomes 2 et 3 sont aussi en poche. Dans sa vidéo, Justine de RedBlueMoon, disait qu'il lui fallait absolument le tome 2 à la fin du 1. Moi, je trouve qu'il n'y a pas un cliffhanger de folie, je crois que je peux m'en passer.

6/10

La fiche du livre sur le site de l'éditeur

Aucun commentaire:

Publier un commentaire