dimanche 15 septembre 2019

Simple, Marie Aude Murail

Quatrième de couv' : Simple dit « oh, oh, vilain mot » quand Kléber, son frère, jure et peste.
Il dit « j'aime personne, ici » quand il n'aime personne, ici. Il sait compter à toute vitesse : 7, 9, 12, B, mille, cent. Il joue avec des Playmobil, et les beaud'hommes cachés dans les téphélones, les réveils et les feux rouges. Il a trois ans et vingt-deux ans. Vingt-deux d'âge civil. Trois d'âge mental.

Kléber, lui, est en terminale, il est très très courageux et très très fatigué de s'occuper de Simple. Simple a un autre ami que son frère. C'est Monsieur Pinpin, un lapin en peluche. Monsieur Pinpin est son allié, à la vie, à la mort. Il va tuer Malicroix, l'institution pour débiles où le père de Simple a voulu l'enfermer, où Simple a failli mourir de chagrin. Monsieur Pinpin, dans ces cas-là, il pète la gueule.

Rien n'est simple, non, dans la vie de Simple et Kléber. Mais le jour où Kléber a l'idée d'habiter en colocation avec des étudiants, trois garçons et une fille, pour sauver Simple de Malicroix, alors là, tout devient compliqué.


Mon avis : J'ai emprunté ce livre à ma mère il y a un an et demi. Je l'avais déjà noté, parce que j'étais persuadée de l'avoir déjà lu durant mon adolescence. Mais en découvrant le texte, je me suis rendue compte que non, je ne l'avais jamais lu, ou pas en entier en tout cas. Comme d'habitude, on notera que j'ai bien pris mon temps avant de le sortir de ma PAL !

🐰🐰🐰

L'histoire est celle de Kléber, 17 ans, qui a un frère plus âgé, surnommé Simple, parce qu'il est simple d'esprit. En fait, son cerveau s'apparente à celui d'un enfant de 3 ans. Après avoir été mis en institution où on l'a abruti de médicaments, Kléber a décidé de le sortir de Malicroix et de lui permettre de vivre normalement avec lui. Le truc c'est que la normalité, Simple ne connaît pas !
Difficile pour un jeune garçon de 17 ans, encore au lycée, de s'occuper de ce frère déficient mental. Pourtant, et contre toute attente, les deux garçons vont intégrer une coloc.

🐰🐰🐰

Le sujet du handicap mental n'est pas quelque chose qui trouve écho en moi. A vrai dire, je suis très démunie et mal à l'aise quand je rencontre quelqu'un avec une déficience mentale. C'est lié à un traumatisme de l'enfance, mais passons. Je disais donc que si je n'étais pas si pressée de lire ce livre c'est certainement à cause du handicap de l'un des personnages principaux, parce que c'est un sujet qui ne me plait pas tellement.

🐰🐰🐰

Pourtant, j'ai adoré ce roman. Je pense que ça tient de la plume de Marie Aude Murail, qui présente des situations parfois très dures ou tristes, avec une grande touche d'humour.
Elle a su créer des personnages géniaux : Simple est un garçon très attachant. Chiant. Mais attachant. D'ailleurs les colocs ne peuvent plus se passer de lui à force. Il joue avec son lapin en peluche, Monsieur Pinpin. Il dit "oh oh vilain mot" quand les colocs disent des gros mots, et il se met dans des situations pas possibles ! Sa relation avec son frère, plus jeune mais qui s'occupe de lui, est faite de disputes, de lassitude mais aussi de beaucoup de tendresse. Pour son âge, Kléber est très mature et souhaite protéger son frère d'une institution qui ne lui convient pas.

Enzo est sûrement mon personnage préféré, il est tout en nuances, direct, sensible, râleur et pourtant touché par la différence de Simple.
Même le vieux voisin, M. Villededieu finit par s'attacher aux jeunes et à se montrer moins dur avec eux.

Aux côtés de Simple, chacun des personnages en sort grandi.


🐰🐰🐰

L'ambiance qui est créée dans ce roman rend l'histoire très agréable à lire. Le rythme est bon, on n'a pas vraiment envie de refermer le livre avant de connaître le dénouement. C'est une jolie histoire de vie, mettant en scène de jeunes adultes confrontés au handicap et aux difficultés vécues par les aidants.

8/10

La fiche du livre sur le site de l'éditeur

Aucun commentaire:

Publier un commentaire