vendredi 13 septembre 2019

Marche ou crève, Stephen King

Quatrième de couv': Garraty, un jeune adolescent natif du Maine, va concourir pour « La Longue Marche », une compétition qui compte cent participants. Cet événement est très attendu. Il sera retransmis à la télévision, suivi par des milliers de personnes. Mais ce n’est pas une marche comme les autres, plutôt un jeu sans foi ni loi…Garraty a tout intérêt à gagner. Le contraire pourrait lui coûter cher. Très cher…


Mon avis : J'avais ce livre dans ma PAL depuis 2014. Bon Dieu ça remonte à loin, je ne sais même plus à quel moment de l'année je l'ai acheté.
Plusieurs fois j'ai eu envie de le sortir de ma PAL au cours de ces dernières années. Et puis la flemme.
Il y a eu une période vers 2013 où j'ai lu des ouvrages de Stephen King et j'avais adoré. Et puis comme beaucoup de choses ça m'est passé.
C'est en triant ma PAL récemment que je me suis dit que ce serait bien de le lire, ENFIN. 

👣👣👣

Dans ce roman, une centaine de jeunes garçons sont invités à une sorte de challenge. Ils doivent "marcher" aussi longtemps que possible. Si ils s'arrêtent ils reçoivent un avertissement, et au bout de 3, c'est la mort. 
Les mecs ont accepté, en connaissance de cause, de participer à cette longue marche. Et ils savent qu'à la fin, il n'en restera qu'un. 

👣👣👣

On est d'accord que c'est timbré ? Qu'il faut avoir un grain pour participer à un truc pareil, mettant ta vie en danger ? Déjà, pourquoi devoir marcher sans jamais s'arrêter ? Est-ce que le corps peut supporter ça ? Les mecs ne peuvent ni s'assoir, ni s'allonger. Ils ne peuvent pas faire leurs besoins, ils doivent continuer à marcher. Et tout ça, encadré par l'armée. Pourquoi ils acceptent ça ?

👣👣👣

Ce que j'ai apprécié, c'est qu'on commence par suivre un garçon, Ray Garraty. Puis on va découvrir une dizaine d'autres garçons qui marchent à ses côtés et comment peu à peu ils s'intéressent les uns aux autres. Au début, ils se chamaillent, ils se cherchent, testent un peu les limites. Au fur et à mesure, ils vont se livrer, raconter leurs secrets, des trucs sombres.
Ce qui m'a plu, c'est l'attachement qu'ils éprouvent les uns pour les autres en quelques heures seulement. Ils ne se connaissaient pas avant, ils vont tous mourir, et pourtant certains vont développer de l'amitié et s'entraider.

👣👣👣

En revanche vers la fin, j'ai été déçue. Déjà chaque nouveau mort (qu'on suit pourtant depuis plus de 300 pages) ne me provoquait plus aucune émotion à part un petit "oh dommage". J'aurais aimé que l'auteur en fasse un peu plus dans le drame.
Si au début les morts sont surprenantes, au fil du livre elles deviennent habituelles, et malheureusement, après s'être attaché à certains personnages, les morts arrivent tellement vite et facilement que je n'ai rien ressenti.

J'ai le sentiment que l'auteur a fait traîner en longueur le début avec la première journée qui donne l'impression d'en lire 3 d'affilée, pour accélérer ensuite le récit, et passer très rapidement sur ce qui devrait tenir lieu d'événements importants.

J'ai aussi été très agacée par un procédé que l'auteur utilise à plusieurs reprises : lors des dialogues et notamment des réflexions, il interrompt ses personnages en parlant de coups de feux, ou un autre personnage intervient et coupe la parole à un autre, bref, on ne va jamais au bout des réflexions et c'est très frustrant. 

👣👣👣

Au delà de l'histoire morbide qui nous est contée, c'est véritablement une histoire de mise à l'épreuve d'adolescents, qui acquièrent une maturité soudaine en réalisant qu'ils ne peuvent pas y arriver seuls. Qu'il faudra forcément à un moment ou à un autre, pour supporter la douleur physique et prévenir le craquage mental, s'entraider. Ces ados vont passer par diverses émotions, souvent la fatigue, la lassitude, mais aussi la colère, le regret de s'être embarqué dans cette Marche, et parfois la crise de nerfs, ou la joie d'apercevoir ses proches. Bref, seuls, ils craquent. Mais en comptant sur l'un ou l'autre de leurs camarades, ils peuvent aller plus loin. Cette histoire ne raconte pas qu'une marche physique, qui va les épuiser au delà de toutes les limites du corps, mais elle montre que l'individualisme à outrance précipite l'humain dans sa chute, notamment mentale.

👣👣👣

J'ai ni aimé ni pas aimé. Je suis contente de l'avoir enfin lu, mais j'ai trouvé que le début était long à se mettre en place et la fin expédiée. J'ai senti une grande tension au début, mais de moins en moins vers la fin. C'est un bon livre, mais ça ne m'a pas touchée ou bouleversée autant que d'autres. 

6/10


Aucun commentaire:

Publier un commentaire