lundi 9 septembre 2019

Les loyautés, Delphine de Vigan

Quatrième de couv' : Théo, enfant du divorce, entraîne son ami Mathis sur des terrains dangereux. Hélène, professeur de collège à l’enfance violentée, s’inquiète pour Théo : serait-il en danger dans sa famille ?
Quant à Cécile, la mère de Mathis, elle voit son équilibre familial vaciller, au moment où elle aurait besoin de soutien pour protéger son fils.
Les loyautés sont autant de liens invisibles qui relient et enchaînent ces quatre personnages.

Sobre, subtil, d’une force magistrale. On ne lâche pas ce roman qu’on lira d’une traite. L’Express.

Delphine de Vigan décrit avec une rare acuité les relations qui se tissent et se nouent entre les êtres. Le Figaro.

Son propos est aussi rêche que sa voix est douce. À travers ces lignes, on sent qu’elle revient de loin, de ces années où « rien ne s’oppose à la nuit ». C'est peut-être pour ça qu'elle est montée si haut et si magnifiquement dans sa façon d'écrire le monde. Elle.

Delphine de Vigan ne juge rien ni personne. Elle s'interdit toute forme de compassion, et ne tire aucune morale. Elle témoigne, et c'est l'essentiel. BibliObs.


Mon avis : J'aime bien les écrits de Delphine de Vigan. J'ai un peu hésité avant d'acheter celui-ci, parce que je trouvais que 7,20€ pour un roman aussi court, c'était un peu cher. Et à force de le voir partout dans les librairies, je l'ai acheté. Je ne connaissais rien de l'histoire et c'est plutôt une bonne chose d'aborder ce roman sans rien en connaître.

💧💠💧

Je vais vous résumer l'histoire sans spoiler : Dans un collège parisien, nous suivons Théo, 12 ans et demi, garçon calme mais souvent fatigué. A ses côtés il y a Mathis, un autre garçon calme qui éprouve une certaine fascination pour son ami Théo. Nous suivons 2 adultes : Cécile, la mère de Mathis, qui va faire une découverte ahurissante sur son mari. Et enfin Hélène, la prof principale des 2 garçons, qui se rend bien compte que quelque chose cloche chez Théo. Tout tourne autour de ce garçon et des non-dits.

💧💠💧

Ce roman se lit très vite. Sous forme de roman chorale, nous suivons le point de vue des 4 personnages. Comme d'habitude avec l'autrice, le style est simple et un peu rude, alternant les points de vue. Mais on sent que c'est un style travaillé, elle passe sous silence des passages, laisse au lecteur le soin de lire entre les lignes.
Je ne suis pas une grande fan des fins ouvertes, mais avec ce livre-ci, je trouve que ça s'y prête bien. On peut s'inventer la fin qu'on veut, positive ou dramatique.

💧💠💧

J'ai été assez touchée par les deux garçons. Peut-être plus par Théo, qui a dû laisser assez tôt son enfance derrière lui, malgré son apparence juvénile. Quant à Mathis, on perçoit le lien qui l'attache à Théo, on sent le petit garçon un peu fragile, qui évolue dans un environnement qui n'est pas forcément plus sain que celui de Théo, et qui éprouve une fascination pour son ami, qui est déjà très autonome, très fort, très résilient.
Les deux adultes sont aussi très intéressantes à suivre, même si elles m'ont moins émue. L'une fait face à un événement qui va la révéler, qui va la pousser à prendre une décision irrévocable.
L'autre voit surgir les fantômes du passé, pensant s'en être débarrassée, elle devra s'y confronter et trouver de quelle manière venir en aide à l'enfant qui pleure en silence. Mais peut-être est-ce son propre passé qu'elle projette sur lui ?

💧💠💧

Les thématiques abordées sont le divorce, la maltraitance, les non-dits. Voit-on vraiment la souffrance de ceux qui nous entourent ? Mais aussi l'alcoolisme, le chômage, la dépression et la solitude.
Il y a aussi toute une réflexion autour du couple et de ses secrets, et de quelle façon on participe à monter une histoire du couple. Connait-on vraiment la personne avec qui l'on vit ? Les années nous changent-elles au point que nous ne soyons plus en phase avec l'autre ?

💧💠💧

Même si je l'ai trouvé trop court, c'est un bon roman, assez sombre. L'autrice explore les liens qui existent entre ses personnages avec finesse.

7/10

La fiche du livre sur le site de l'éditeur

Aucun commentaire:

Publier un commentaire