dimanche 7 avril 2019

Dry, Neal & Jarrod Shusterman

Quatrième de couv' : Avez-vous déjà eu vraiment soif ?

La sécheresse s’éternise en Californie et le quotidien de chacun s’est transformé en une longue liste d’interdictions : ne pas arroser la pelouse, ne pas remplir sa piscine, limiter les douches…
Jusqu’à ce que les robinets se tarissent pour de bon. La paisible banlieue où vivent Alyssa et sa famille vire alors à la zone de guerre.
Soif et désespoir font se dresser les voisins les uns contre les autres. Le jour où ses parents ne donnent plus signe de vie et où son existence et celle de son petit frère sont menacées, Alyssa va devoir faire de terribles choix pour survivre au moins un jour de plus.


À la croisée des sagas U4 et la 5e vague, un roman catastrophe aux accents prophétiques.


Mon avis : Quand j'ai vu ce livre arriver dans mes bacs en Novembre, j'ai eu très envie de le lire, mais comme il était plutôt épais, je ne pensais pas avoir le temps de le lire (surtout en période de Noël). Malgré tout, je l'ai conseillé à plusieurs reprises sans même l'avoir lu, juste parce que le résumé était très attrayant.
Puis dernièrement, je l'ai acheté et je ne voulais pas le laisser dans ma PAL trop longtemps, alors j'ai profité de la perspective de mon week-end de 3 jours pour le découvrir. Au final je l'ai dévoré en une journée.

🔥💧🔥

Pire scénario catastrophe que cette sécheresse ! Dès le début on est plongé dans la famille d'Alyssa et Garrett, au sud de la Californie, au moment où les robinets n'émettent plus la moindre goutte d'eau. Pourtant les médias font peu état de ce qu'ils nommeront le "Tap-Out". Ce silence de leur part est étrange, d'autant plus que très vite la situation va dégénérer. A partir du moment où les vannes sont vides, c'est toute la société qui change. Des voisins polis et courtois vont peu à peu se transformer en voisins assoiffés et intrusifs. Les animaux de compagnie mettront 3 jours avant de revenir à l'état sauvage. L'Etat va complètement paniquer et laisser l'Armée gérer la situation, au risque de contraindre la population dans des centres d'évacuation inadaptés à la crise et de faire des milliers de morts.

🔥💧🔥

C'est un roman choral, on passe d'un personnage à l'autre : Alyssa, Garrett, Kelton, Jacqui et enfin Henry. On découvre aussi beaucoup d'autres personnages : les parents ne sont pas totalement absents de cette histoire, mais ils tentent comme tout le monde de trouver des solutions, au risque de devoir s'absenter, de ne pas endosser leur rôle de parents protecteurs, mais tout simplement d'humains qui cherchent à sauver leur peau. Chacun adopte une méthode différente pour survivre : certains vont piller, d'autres troquer le peu qu'il leur reste contre quelques gouttes d'eau, certains vont tenter de se sauver ailleurs, certains vont avoir l'ingéniosité de trouver de l'eau par n'importe quel moyen.

Même parmi les ados, j'ai trouvé que chacun réagissait différemment et avait développé voire modifié sa propre morale au cours de cette semaine en enfer. C'était intéressant de voir comment chacun percevait une même situation et comment chacun y réagissait selon son éducation, puis finalement ses propres réflexions en temps de crise.

🔥💧🔥

Grâce à ce roman, on se rend compte qu'on n'est rien sans eau, le corps ne peut supporter plus de quelques heures sans être hydraté. Alors comment faire quand l'eau ne coule plus ? Quand les réserves d'eau saine et potable sont à sec ?
J'ai adoré que les auteurs posent cette question, en situant l'histoire dans un lieu où la consommation d'eau excessive des Californiens met en jeu les ressources de la nature. On a l'impression que ça peut arriver demain.
Je découvre que j'aime bien les romans avec une situation apocalyptique, j'adore le traitement qu'il est fait des personnages : comment chacun réagit dans une situation pareille ? Quel mode de survie chacun décide-t-il d'adopter ? Qui parvient à s'adapter ?

🔥💧🔥

C'est un très bon roman, avec une idée de base qui m'a beaucoup plu. J'ai aimé la façon dont les auteurs ont envisagé les conséquences de cette pénurie d'eau et la sécheresse qui sévit en Californie, tant au niveau de l'impact sur la nature que sur les humains et leurs réactions.
C'est hyper palpitant et assez difficile de lâcher le roman tant on a envie de savoir ce qu'il va se passer.

🔥💧🔥

J'ai beaucoup aimé cette histoire qui comporte assez peu de défauts. Sauf peut-être vers la fin quand on a l'impression que les personnages ne s'en sortiront pas, car tout ce qu'ils mettent en oeuvre pour sauver leur peau échoue à cause de mauvaises décisions et des conditions extérieures extrêmes.
J'ai été assez choquée par ce qu'il se passe à la fin, puis soulagée. J'ai fait un parallèle avec les histoires tragiques contées par David Vann. Mais heureusement, on est dans un roman destiné aux jeunes, et ce genre de choses n'est pas censé se passer. Ouf, j'ai failli avoir la nausée ! Merci au deus ex machina !

J'aurais apprécié un épilogue plus long, avec une remise en question plus importante sur les impacts écologiques d'une consommation d'eau excessive.
Tout comme j'aurais apprécié qu'il n'y ait pas l'utilisation d'armes dans ce roman, mais le contexte américain fait qu'on ne peut pas faire l'impasse totale sur ce sujet.

🔥💧🔥

Dans les remerciements, j'ai compris que ce roman sera adapté en film, et effectivement, il est très visuel, les actions sont rapides et on imagine aisément les scènes.

Je n'ai, par ailleurs, pas fait la distinction entre l'écriture de Neal et de son fils, sauf peut-être dans certains passages un peu plus grossiers (j'imagine qu'il s'agit des passages écrits par Jarrod ?). Cela dit on peut supposer que ces passages traduisent l'état de panique dans lequel se trouvent les personnages.

🔥💧🔥

En bref, j'ai adoré ce roman, j'ai été complètement prise par cette histoire palpitante aux allures apocalyptiques.

8/10

La fiche du livre sur le site de l'éditeur

Aucun commentaire:

Publier un commentaire