dimanche 30 décembre 2018

Trois jours et une vie, Pierre Lemaitre

Quatrième de couv' : « À la fin de décembre 1999, une surprenante série d'événements tragiques s'abattit sur Beauval, au premier rang desquels, bien sûr, la disparition du petit Rémi Desmedt. Dans cette région couverte de forêts, soumise à des rythmes lents, la disparition soudaine de cet enfant provoqua la stupeur et fut même considérée, par bien des habitants, comme le signe annonciateur des catastrophes à venir.
Pour Antoine, qui fut au centre de ce drame, tout commença par la mort du chien. »

Pierre Lemaitre, Prix Goncourt 2013 avec Au revoir là-haut, revient ici à une forme brève de roman psychologique noir, où l’on retrouve son art unique d’émouvoir et de torturer son lecteur.


Mon avis : Ça faisait assez longtemps que je souhaitais lire ce roman de Pierre Lemaitre, j'ai souvent bien aimé ses thrillers et j'étais assez étonnée que ce roman ne fasse pas partie de la collection noire du Livre de Poche.
Je l'ai acheté récemment et je l'ai lu dans la foulée, car il est assez court et c'était ce qu'il me fallait, vu que j'ai du mal à lire longtemps.
Je n'en attendais rien du tout, si ce n'est d'être divertie et embarquée dans une histoire.

✗❆✗

Dès le départ nous suivons Antoine, 12 ans, qui s'ennuie dans son village et construit une cabane dans les bois depuis quelques semaines. Ce jour-là, rien ne va se passer comme d'habitude. Rémi Desmedt, son petit voisin est porté disparu.

Le lecteur sait ce qui leur est arrivé. Pas de suspense de ce côté-là. Ce que met en place l'auteur c'est la tension : que va-t-il se passer ? Que va faire la gendarmerie ? Qui sera arrêté ?

✗❆✗

Je n'ose pas vous en dire plus. Le résumé est succinct et je ne veux rien vous révéler non plus.
J'ai bien aimé ce roman et sa structure. Dans une première partie, on assiste à 3 jours déterminants, 3 jours durant lesquels on découvre la disparition du petit Rémi, les recherches, et puis la fameuse tempête de 1999 qui a tout ravagé sur son passage. Dans la seconde partie, nous sommes en 2011, Antoine est devenu adulte, il a des projets ; veut devenir médecin dans l'humanitaire. Il a une compagne qu'il aime passionnément. Cependant toute sa vie va être chamboulée par un événement qu'il croyait mineur, mais qui va l'obliger à tout remettre en question.
Dans la dernière partie, nous sommes en 2015 et on met un point final (final vraiment ?) à cette histoire. Ce dernier chapitre m'a un peu déçue, j'attendais un grand final avec un rebondissement majeur, mais l'épilogue est un peu bof, ça tombe à plat.

✗❆✗

Cela dit, j'ai passé un bon moment de lecture, j'avais très envie d'être plongée dans ce livre, sans le lâcher.
C'est aussi bien écrit et même si certains passages sont un peu crus, on sent néanmoins l'humour de Pierre Lemaitre dans certaines phrases.
Les personnages n'étaient pas particulièrement attachants, ils sont même plutôt tristes voire sinistres, mais j'ai apprécié les suivre : leur psychologie est intéressante, leur façon de réagir aux événements m'a semblé crédible.
Bref, c'était une bonne lecture pour moi.

7/10

La fiche du livre sur le site de l'éditeur

mercredi 26 décembre 2018

Pourquoi pas nous ? Becky Albertalli et Adam Silvera

Quatrième de couv' : "Je suis persuadé que certaines rencontres sont écrites. Et que l'univers les pousse sur votre chemin. Y compris un lundi comme les autres. Y compris à la poste." 

Autoproclamé célibataire pour l'éternité, Arthur croit pourtant dur comme fer au coup de foudre. Surtout lorsque Ben entre juste après lui dans un petit bureau de poste new-yorkais. Battements de coeur affolés, capacités de raisonnement atomisées : aux yeux d'Arthur, l'arrivée de Ben est un signe du destin. 

Malheureusement, Ben s'est trop souvent fait arnaquer par l'univers pour vouloir y croire. Plutôt que de risquer d'avoir une nouvelle fois le coeur brisé, il préfère prendre la fuite... Ce qu'il regrette aussi vite. 

Et si Arthur avait raison ? Si l'univers savait déjà qu'ils s'aimeraient ? S'il leur laissait une seconde chance ?


Mon avis : J'ai acheté ce roman parce que la couverture était super jolie et que je n'avais jamais lu de romance entre deux garçons, et encore moins en littérature jeunesse (ah si pardon, j'ai lu Aristote et Dante découvrent les secrets de l'univers, dont je n'ai toujours pas compris le succès... ).
En plus je savais que j'avais plein d'exemplaires de ce roman à écouler pour Noël, donc ça valait le coup de l'acheter et de le lire. Ce que je n'avais pas anticiper, c'est que je serais tellement crevée par le boulot que je n'arriverais plus à garder les yeux ouverts pour le lire. Mes jours de repos étant consacrés essentiellement aux siestes, j'ai mis au moins 2 semaines pour finir Pourquoi pas nous ?
Alors que c'était bien !

🥰👬🌇

Ecrit à 4 mains, le roman se compose de 2 points de vue : celui d'Arthur, 17 ans, originaire de Géorgie qui passe l'été à New York, en stage dans un cabinet d'avocats, celui où bosse sa mère.
Et puis il y a Ben, 17 ans aussi, New Yorkais d'origine Portoricaine qui doit prendre des cours de rattrapage durant l'été, sous peine de redoubler son année de 1è.
Même si je n'ai pas adoré les 2 personnages principaux, je les ai trouvés sympathiques, avec un caractère bien défini, bien construit.
Leur entourage est aussi bien dépeint : que ce soient leurs parents ou leurs amis, j'ai apprécié la façon dont les personnages se comportent et comment ils interagissent les uns avec les autres.
Peut-être sont-ils tous un peu trop gentils, un peu trop bienveillants pour être réalistes, mais ce n'est pas mal à lire quand même.

🥰👬🌇

Pour ce qui est de l'histoire, c'est du "tout-doux" (non je n'emploierai pas le terme "cocooning" qui est utilisé à tort et à travers en ce moment) : les deux garçons se rencontrent dans un bureau de poste, discutent rapidement, mais un événement les sépare et Ben s'enfuit. Arthur, ce garçon sacrément romantique va tout faire pour le retrouver, car c'est une évidence : le destin les a mis sur le chemin l'un de l'autre. Comme vous vous en doutez, oui, ils se revoient (sinon l'histoire ne ferait que 30 pages).

Les deux garçons vont passer par bon nombre d'épreuves (surtout dues à des malentendus), mais pas celles auxquelles on s'attend dans une histoire avec des garçons homo. Ici, pas d'histoire de coming out, les garçons sont ouvertement gays, et ça ne pose de problèmes à personne (excepté un événement dans le métro, qui est vraiment triste à lire), leur entourage accepte leur relation amoureuse, et les encourage dans cette histoire qui ne pourra sûrement pas durer, car Arthur devra forcément rentrer chez lui à la fin de l'été (à moins que ?...).
Ce sont leurs premiers pas dans une relation amoureuse et chacun apporte son lot d'angoisses et de craintes, avec tellement de spontanéité et pourtant ils ont aussi, déjà, beaucoup de recul sur eux-mêmes.

🥰👬🌇

Bref, j'ai beaucoup aimé ce roman, même si j'ai mis trop de temps à le lire. Je sais qu'à une autre période, je l'aurais dévoré en 2 jours. C'est très fluide et le style est vif et moderne. On a des dialogues, des pensées, des échanges de sms ou de mails. La lecture se fait très facilement. Personnellement je n'ai pas su distinguer quel auteur écrivait quelle partie : il semblerait que Becky Albertalli s'est chargée du point de vue d'Arthur et Adam Silvera de celui de Ben. Mais leurs styles sont très similaires et s'accordent très bien.

🥰👬🌇

C'est très moderne : si vous n'êtes pas au fait avec Instagram, Twitter ou Snapchat alors certains passages vous sembleront obscurs. Il faut aussi dire que c'est très américain, on plonge dans l'ambiance new-yorkaise, notamment avec des comédies musicales produites à Broadway. Arthur est super fan d'Hamilton (jamais entendu parler pour ma part...). On évoque Yale, le système scolaire américain, etc.

🥰👬🌇

C'est une bonne histoire, très agréable à lire, bien construite, avec des personnages simples et qui vivent des mésaventures, qui heureusement n'entacheront pas leur relation (enfin presque !)

J'ai acheté un autre roman d'Adam Silvera (et je compte bien tous les acheter) mais je vais attendre un peu avant de le commencer. J'aimerais aussi me pencher sur les écrits de Becky Albertalli, qui a l'air de s'y connaître en psychologie de l'adolescent.

8/10

La fiche du livre sur le site de l'éditeur

jeudi 20 décembre 2018

Mates, Dates & Sizzling Summers, by Cathy Hopkins

Quatrième de couv' : Boys are like buses for TJ. No sign of one for ages and then two come along at the same time ! First there's charmer Ollie Axford, and just when TJ has decided that he could be the one, old flame Luke De Biasi tells her that he wants to rekindle their romance ! 

TJ is torn between the two boys, and unhappy that events have conspired to make her look like a two-timer. But all of this seems unimportant when someone close to her is taken seriously ill. More than ever, TJ needs a clear head and the support of her friends - Lucy, Nesta and Izzie !


Mon avis : Dernier tome de la saga, j'ai enfin réussi à le finir. Avec le travail et la fatigue j'ai eu du mal à trouver 2 jours d'affilée pour le lire d'un coup. Je l'ai un peu commencé, un peu lâché, puis repris aujourd'hui et fini en un après-midi.

Ce tome est consacré à TJ, mais il met aussi en scène les 3 autres filles dans des scènes d'entraide et d'empathie. TJ est tout d'abord confrontée à la potentielle mort de son père. Ces passages à l'hôpital m'ont paru un peu longs, mais j'imagine que dans la réalité ça doit l'être tout autant. Puis TJ se retrouve prise entre deux garçons : Luke revient sur le devant de la scène, mais arrivera-t-elle à lui faire confiance ? Et Ollie Axford, fils d'une rockstar, que TJ va apprécier mais est-il le bon pour elle ?

Cette histoire est agréable à lire, malgré les passages sur les craintes de TJ vis à vis de son père. Autrement, un truc qui revient trop souvent dans les livres de Cathy Hopkins : les coïncidences (qui n'en sont pas vraiment hein...) mais on a trop souvent des retrouvailles "comme par hasard", c'est un peu trop calculé, un peu trop évident et ça manque de crédibilité.

J'ai aimé que les filles utilisent MSN pour discuter entre elles. Elles se retrouvent aussi souvent pour évoquer des situations difficiles, chacune apportant son point de vue.

En bref, une bonne lecture.

Pour finir : je suis très contente d'avoir tenu le rythme, d'avoir lu un tome en anglais par mois. J'ai adoré connaître la suite et fin des aventures de Lucy, Nesta/Tasha, Izzie/Lizzie et TJ/JT. J'ai l'impression d'avoir fermé un chapitre de ma vie de lectrice en ayant enfin fini cette saga.

8/10

jeudi 6 décembre 2018

Une journée d'automne, Wallace Stegner

Quatrième de couv' : Suspendue au bras de son mari Alec, Margaret guette avec impatience l’arrivée du train de sa sœur Elspeth, venue d’Écosse pour vivre avec eux dans l’Iowa. Vive et malicieuse, s’émerveillant d’un rien, Elspeth respire la joie de vivre et ne tarde pas à illuminer leur vie de riches fermiers bien installés. Mais alors que l’automne s’annonce, un triangle amoureux se forme peu à peu entre Alec et les deux sœurs. Lorsque survient l’irréparable, celui-ci ne tarde pas à se transformer en piège dramatique. Il faudra alors sauver ce qui peut l’être.

Dans ce court roman demeuré inédit en France, Wallace Stegner révèle avec la virtuosité qu’on lui connaît les drames qui se jouent derrière les apparences d’une existence paisible.


Mon avis : Un midi, début octobre, je m'embêtais pendant ma pause dèj', alors j'ai fait un tour dans une librairie et j'ai acheté ce livre (j'ai bien envie d'acheter tous les romans de la collection Totem).
J'ai commencé à le lire de temps en temps sur ma pause déjeuner, mais je ne ressentais pas le besoin de le lire, alors j'y revenais peu souvent. Dimanche dernier, j'en ai eu marre de le voir traîner dans mon sac à main, alors j'ai décidé de le finir.

🍂🌾☁️

C'est une histoire que je vais vite oublier. Et là, je sens que je vais avoir du mal à le chroniquer. Ça ne m'a pas spécialement plu, ça m'a laissée plutôt indifférente.
Déjà, j'ai eu un problème avec les prénoms : Alec (pourquoi pas Alex ?), et Elspeth (va prononcer ce prénom !), quand ça commence comme ça, c'est plutôt mauvais signe.

🍂🌾☁️

Quant à l'histoire, on y parle d'infidélité, d'un secret, de l'Amérique rurale aux moeurs puritaines. Alors ces sujets me plaisent (en littérature) mais je crois que j'ai lu ce livre au mauvais moment, je l'ai lu pour le lire, sans aucun plaisir.

🍂🌾☁️

Pour être objective, c'est bien écrit, on sent le drame arriver, mais le texte manque de consistance. On ne sait pratiquement rien des personnages, de leurs tourments. C'est peut-être un peu trop dépouillé pour moi. Mais je vois les qualités de ce texte, je vois bien pourquoi il peut plaire. Peut-être que je le relirai dans quelques années, quand je serai dans un autre état d'esprit.
Pour l'instant je lui mets une note neutre.

5/10

La fiche du livre sur le site de l'éditeur