mercredi 12 septembre 2018

Brexit Romance, Clémentine Beauvais

Quatrième de couv' : Juillet 2017 : un an que le Royaume-Uni a voté en faveur du Brexit.

Ce qui n’empêche pas la rêveuse Marguerite Fiorel, jeune soprano française, de venir à Londres par l’Eurostar, pour chanter dans Les Noces de Figaro. À ses côtés, son cher professeur, Pierre Kamenev.

Leur chemin croise celui d’un flamboyant lord anglais, Cosmo Carraway, et de l’électrique Justine Dodgson, créatrice d’une start-up secrète, BREXIT ROMANCE. Son but ? Organiser des mariages blancs entre Français et Anglais… pour leur faire obtenir le passeport européen.

Mais pas facile d’arranger ce genre d’alliances sans se faire des noeuds au cerveau – et au coeur !


Mon avis : Je n'avais jamais lu d'ouvrages de cette autrice qui a une véritable fan-base sur Booktube. Mais quand j'ai vu ce livre dans la librairie où je me rends souvent, je me suis dit que je pouvais bien, pour une fois, acheter un livre en grand format (surtout que la couverture est belle et douce). Le résumé m'a bien plu, surtout que le roman met en scène de jeunes adultes vivant à Londres. Je ne sais pas pourquoi mais pour moi l'automne s'apparente au Royaume-Uni, donc j'avais bien envie de me plonger dans un livre qui s'y déroule.

☔️📄💍

Alors... Je ne vais pas avoir grand chose à dire sinon que j'ai bien aimé.

J'ai apprécié d'emblée le sujet : En Grande-Bretagne, des jeunes gens, alarmés par le Brexit décident d'arranger des mariages blancs entre Britanniques et Français afin de pouvoir obtenir un passeport européen (à l'issue de 5 années de vie commune). Evidemment, il ne doit pas y avoir de sentiments, sinon tout tombe à l'eau. L'idée est originale et ingénieuse.
Autour de ça, l'autrice imagine une histoire avec 2 Français : Pierre Kamenev et son élève, Marguerite, une jeune chanteuse d'opéra, venus à Londres pour une représentation, ainsi que 2 Britanniques : Justine, la créatrice de Brexit Romance et Cosmo Carraway, un jeune aristocrate de tendance extrême-droite, qui doit se plier aux volontés de sa famille. Il y a une foule d'autres personnages, mais leurs histoires sont moins importantes et viennent surtout compléter le tableau.

☔️📄💍

Les personnages vont au-delà des clichés : Pierre Kamenev est de prime abord un type un peu bourru/bourré, qui ne connaît que le monde de la musique (et qui lit L'humanité). Mais petit à petit, au contact de Rachel en particulier, il va s'ouvrir et élargir ses idées sur le monde.
Marguerite a 17 ans, elle n'a pas beaucoup connu ses parents, qui n'ont jamais su s'occuper d'elle. Devenue chanteuse en grande partie grâce à Pierre, elle est très naïve, mais aussi très sensible et spontanée, et son coeur va fondre pour un jeune aristocrate, Cosmo. Si lui paraît froid et calculateur, on découvre par la suite que son milieu familial lui impose le respect de règles tacites fortement ancrées dans les moeurs de son milieu d'origine...
Quant à Justine, elle est obsédée par son téléphone (j'avoue que ça m'a énervée), se donnant énormément d'importance et s'obligeant à constamment proposer du contenu sur le net. Elle est intelligente et ouverte d'esprit, ce qui la pousse à entreprendre en toute illégalité le projet Brexit Romance. Elle a un frère jumeau, Matt, qui travaille avec elle sur ce projet.
Je n'en dirai pas plus sur les autres personnages sinon je vais vous raconter toute l'histoire, et ce serait dommage !

☔️📄💍

J'ai aimé l'humour qui ponctue cette histoire, c'est assez impertinent. On est clairement dans une comédie romantique (et sociale) et je me suis surprise à penser plusieurs fois à Love Actually, Coup de foudre à Notting Hill ou un film de la BBC avec Hugh Grant ou Colin Firth, car tout arrive comme par hasard, avec des coïncidences plus grosses que Big Ben.
J'ai adoré certaines références (j'en ai sûrement raté) mais notamment celles à Alice au pays des Merveilles.
C'est un roman assez visuel et on devine bien la réserve des Britanniques, autant que la franchise et les râleries françaises, à travers les dialogues.

Sous couvert de situations ubuesques, l'autrice nous présente aussi une version de l'aristocratie britannique très réactionnaire, et ça fait...peur !

J'ai bien aimé les références politiques et les préoccupations sociétales (que ce soit par rapport à la société française comme britannique). On prend conscience, grâce aux différences culturelles exposées dans ce roman, de la façon dont fonctionnent ces deux pays et sur quelles valeurs ils se sont construits et formés.

J'y ai donc trouvé ce que je cherchais : la découverte sous divers aspects d'un pays, enfin surtout de Londres. Même si l'autrice nous emmène aussi au Nord de Londres, dans une famille prolétaire, et dans une famille d'aristocrates, nous exposant les raisons pour lesquelles ils ont voté "Brexit". C'est donc très actuel et très moderne.

☔️📄💍

Le très gros point négatif que j'ai trouvé dans ce roman : les coquilles ! Que ce soit des oublis de lettre, ou un prénom remplacé par un autre, ça m'a agacée.

Le second point négatif qui m'a lassée : le fait que l'autrice traduise littéralement des phrases depuis l'anglais. Un "I'd rather not" devient un "je préfère ne pas" par exemple. Alors au début c'est drôle parce que traduire des expressions littéralement ça fait un peu sourire, mais sur 450 pages, c'est trop.

Le dernier point négatif est que ce roman est long, dû au style. Honnêtement j'ai failli l'abandonner au milieu parce que j'en avais marre du style de l'autrice : il y a un milliard de phrases à rallonge, des métaphores et autres figures de style que je ne saurais nommer (parce que eh, je suis plus en 1è L). Parfois je lisais une phrase et je ne comprenais pas ce que l'autrice avait voulu dire avec sa digression et je relisais 1 fois, 2 fois et au bout d'un moment je comprenais où elle voulait en venir, mais ce n'était franchement pas nécessaire.

☔️📄💍

Une bonne histoire avec une idée originale, malgré des longueurs dans le texte. Cette histoire tient debout et nous montre les différences culturelles entre nos deux pays. Elle présente les conséquences politico-sociales du Brexit voté par une partie des Britanniques, sous un aspect comique et inédit.
Le style est assez particulier, peu fluide par moments, ce qui a ralentit ma lecture.
Cependant on trouve des personnages attachants et sympathiques, très vivants et représentatifs de différentes couches de la société.
Le titre nous parle de romance... Certes, mais on est très loin de la romance niaise ou clichée, ouf !

7/10

La fiche du livre sur le site de l'éditeur

Aucun commentaire:

Publier un commentaire