dimanche 15 juillet 2018

La fille qui lisait dans le métro, Christine Féret-Fleury

Quatrième de couv' : Juliette prend le métro tous les jours à la même heure. La ligne 6, c’est chez elle. Elle aime y observer ceux qui lisent : la vieille dame, le collectionneur d’éditions rares, la jeune fille qui pleure à la page 247. Comme si leurs lectures donnaient de la couleur à sa vie si prévisible. Puis un jour, elle descend deux stations avant son arrêt habituel. Un pas de côté peut-il changer une vie ?

« Une jolie fable dotée d’un petit brin de folie, pour tous ceux qui veulent refermer le livre le sourire aux lèvres. » Lire


Mon avis : J'ai acheté ce roman vendredi dernier, sans jamais en avoir entendu parler. Je ne savais pas à quoi m'attendre. Du coup je me suis fait mon petit scénario : une histoire où l'héroïne raconterait ses lectures du métro ou celles des autres passagers, ou ses rencontres dans le métro liées au fait qu'elle lise durant ses trajets. Bref, je m'attendais à quelque chose d'assez précis. Et forcément, comme ce n'était pas ça du tout, je suis déçue !

🚇📚🚌

Le roman est court : 175 pages, mais je n'ai pas réussi à me plonger dedans comme j'aurais dû. Je n'avais pas non plus envie de l'abandonner vu qu'il est court, ou de le reprendre plus tard. Une fois commencé, je voulais aller jusqu'au bout.

L'histoire est celle de Juliette (déjà il m'a fallu 70 pages pour réaliser que c'était son prénom...), la vingtaine, agent immobilier, qui s'ennuie dans sa vie. Un jour, elle va descendre une station avant son arrêt et tomber sur une porte laissée entrebâillée par un livre. Un peu curieuse, Juliette pousse la porte, accompagnée par une petite fille surgie de nulle part, prénommée Zaïde.
Juliette va faire la rencontre du père de Zaïde, Soliman, un homme renfermé, obsédé par les livres d'occasion qu'il accumule et donne à des "passeurs". Ces passeurs doivent trouver le bon livre pour une personne qu'ils auront pris le temps de suivre, d'étudier de loin. C'est ce que Juliette va tenter de devenir.

🚇📚🚌

Je n'ai pas apprécié l'héroïne. Je la trouve faible et beaucoup trop sensible pour aucune raison.
Je n'ai pas compris sa relation avec Soliman. Ça n'avait rien de romantique, rien non plus ne les rassemblait, puisqu'ils ne se parlaient de rien... Alors je n'ai pas compris la réaction exagérée de Juliette quand il arrive quelque chose à Soliman.

Soliman force Juliette à devenir passeuse, elle accepte ce rôle sans rien comprendre... et nous non plus on ne comprend rien, puisqu'on nous donne très peu d'explications sur ce rôle ou sur les autres passeurs. L'autrice n'a pas du tout approfondi cette activité, (alors que c'est censé être le coeur du roman, non ?) et comme bien souvent dans ce roman, on reste en surface sans jamais trop comprendre ce qui se passe. L'autrice s'amuse à créer du mystère alors qu'on aimerait des réponses.

On dirait aussi que Juliette ne prend pas son nouveau rôle de passeuse très au sérieux. Elle file le premier livre qui lui tombe sous la main à la première personne qu'elle croise. Plus tard dans le roman ce sera pareil, elle va se plonger dans les livres, les dévorer, mais sans jamais apprendre à connaître les gens qui l'entourent et à qui elle doit donner des livres.

🚇📚🚌

D'ailleurs les personnages sont peu approfondis, on n'explore pas du tout leur personnalité. Juliette est le personnage le plus décrit, surtout par ses émotions très fortes, mais là encore j'avais l'impression de rester en surface et de ne pas comprendre ce personnage. Je ne me suis ni identifiée, ni attachée à elle. Je l'ai trouvée assez insupportable, ce qui la caractérise c'est sa faiblesse, sa fadeur. Et le changement qui s'opère en elle vers la fin du roman m'a semblé incongru, peu crédible. On ne change pas si vite, surtout quand on a vécu toute sa vie dans un cocon sans prendre de risques.

🚇📚🚌

Quant au style, on est noyé sous des détails, une profusion de phrases à rallonge, des digressions qui cherchent à créer une ambiance mais qui font perdre au lecteur son rythme de lecture.

🚇📚🚌

Je pensais trouver de nouvelles idées de lectures dans ce livre, ce n'est pas le cas. Ce ne sont pas les livres qui sont mis à l'honneur, mais plutôt un personnage qui est censé s'épanouir.
Cependant ça ne sonne pas comme un roman feel-good comme on a l'habitude de lire sur le sujet. Là, les personnages et leurs liens sont peu explorés et on ne comprend pas bien ce qu'ils peuvent s'apporter.
J'ai le sentiment que le sujet est mal traité, ou que j'en attendais complètement autre chose. J'ai l'impression de ne pas avoir été touchée du tout, d'avoir lu sans lire, comme si le déclic n'était pas venu, comme si ce livre mettait une distance entre ses lecteurs et son histoire. (Et je vois d'après les critiques Livraddict, Sens Critique ou Babelio que je ne suis pas la seule à avoir ce ressenti).


Je crois qu'il faut définitivement que j'arrête de lire des livres qui parlent de livres ou de librairie, car je suis TOUJOURS déçue, ne trouvant jamais ce que j'y cherche.

4/10

La fiche du livre sur le site de l'éditeur

Aucun commentaire:

Publier un commentaire