samedi 17 février 2018

Petit pays, Gaël Faye

Quatrième de couv' : Avant, Gabriel faisait les quatre cents coups avec ses copains dans leur coin de paradis. Et puis l'harmonie familiale s'est disloquée en même temps que son «  petit pays  », le Burundi, ce bout d'Afrique centrale brutalement malmené par l'Histoire.
Plus tard, Gabriel fait revivre un monde à jamais perdu. Les battements de cœur et les souffles coupés, les pensées profondes et les rires déployés, le parfum de citronnelle, les termites les jours d'orage, les jacarandas en fleur... L'enfance, son infinie douceur, ses douleurs qui ne nous quittent jamais.

Un livre lumineux. Astrid de Larminat, Le Figaro

Un très beau premier roman, déchirant et incandescent, qui force l’admiration. Yann Perreau, Les Inrockuptibles

Gaby n’est pas un petit Africain, c’est un enfant du monde emporté par la fureur du destin. Notre hantise commune. Maria Malagardis, Libération

PRIX GONCOURT DES LYCÉENS / PRIX DU ROMAN FNAC / PRIX DU PREMIER ROMAN

Mon avis : Depuis sa sortie on me répète "Lis Petit Pays". Le souci c'est que je ne suis pas très attirée par les romans dont l'histoire se déroule en Afrique. Je ne sais pas comment l'expliquer, mais c'est un peu pareil avec les romans qui se passent au Japon, ça ne m'intéresse pas. Mais j'ai remarqué qu'une fois dans l'histoire (en Afrique souvent), je m'y sens bien.
J'ai longtemps repoussé le moment de le découvrir, j'aurais pu à sa sortie en septembre 2016 l'emprunter là où je travaillais. Mais comme ma patronne et ma collègue l'avaient lu, je me suis dit que c'était pas la peine qu'une 3è personne le lise, et comme ça je pouvais lire autre chose.
Bref, il est sorti en poche un an plus tard et même si je passais régulièrement devant, je ne m'y intéressais toujours pas. Jusqu'à ce que ma mère l'achète et le lise. Elle me l'a vivement conseillé, et comme il est plutôt court, j'ai enfin sauté le pas. Mais avec l'appréhension de me retrouver face à un roman de guerre...

Et puis finalement les premières pages m'ont conquise. Gabriel est un petit garçon, issu du métissage, d'une mère Rwandaise et d'un père Français. Avec sa petite soeur, ils vivent dans une impasse de la capitale du Burundi. Ses journées sont légères, ce sont celles d'un petit garçon qui s'amuse avec ses amis et voisins. De nombreuses scènes font sourire ou m'ont émue.
Mais peu à peu, l'Histoire se mêle à la sienne. En 1994, se déclenche le génocide rwandais : les Hutus et les Tutsis s'affrontent, de manière plus que sanglante.
Au Burundi, pays voisin où il vit, la situation se dégrade peu à peu. Et Gabriel, qui ne veut pas grandir et faire face à la violence grandissante, découvre la lecture. Grâce à une voisine, il va se plonger dans des histoires qui lui permettent de s'évader, de mettre à distance les événements, mais aussi ses amis, qui eux souhaitent prendre parti dans le conflit.
Gabriel est finalement contraint de s'exiler, en France, laissant derrière lui tout ce qu'il a connu.

Dans Petit Pays, le style est magnifique. Pour un premier roman, je trouve que c'est superbement écrit, avec beaucoup de sensibilité. Peut-être celle de l'enfant finalement, qui raconte un conflit à travers ce qu'il en perçoit. Les descriptions très sensorielles sont judicieusement placées.

Certains passages sont difficiles à supporter tant la guerre nous est lointaine, à nous. Alors comment réaliser ce qui se passe dans ces pays où certains sont tués de sang-froid, dans une immense cruauté ?
Ce conflit affecte tout et tous : la mère du narrateur va sombrer dans la folie après une découverte macabre. Comment peut-on survivre à de telles choses, quand d'autres populations souhaitent éradiquer ceux qu'elles considèrent comme des ennemis ?

C'est un roman sur l'identité qu'on veut nous imposer et celle qu'on se cherche.
C'est un roman sur l'enfance, celle qu'on ne voudrait jamais quitter, parce que Gabriel a trouvé pendant un temps une fratrie.

J'ai presque envie de le relire, pour mieux enregistrer les scènes d'enfance, si douces et agréables du début du roman.

9/10

La fiche du livre sur le site de l'éditeur

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire