samedi 6 janvier 2018

Coup de gigot et autres histoires à faire peur, Roald Dahl

Quatrième de couv' : Qui pourrait croire que derrière cette paisible ménagère, si tendre et si attentionnée avec son mari, se cache une terrible meurtrière ?
Et cette logeuse débordante d'amabilité et de gentillesse, comment ne pas lui faire confiance ? Mais attention ! Les apparences sont parfois trompeuses…
Voici quatre histoires à l'humour plutôt macabre dont la lecture vous fera frémir !

Mon avis : En classe de 5è j'ai lu la nouvelle Coup de gigot et je me souvenais du titre, mais pas de l'histoire. Quand je l'ai vu en librairie, je n'ai pas hésité longtemps et j'ai acheté le livre (3€, ça va !). Je me suis empressée de le lire et j'ai bien aimé.
Il s'agit d'un recueil de 4 nouvelles, au ton empreint de cynisme et d'humour noir.

- Coup de gigot est une nouvelle très courte, dans laquelle une jeune femme, enceinte de 6 mois, attend le retour du travail de son mari. Ce soir-là, rien ne se déroule comme d'habitude...
J'ai adoré l'aspect ironique de la situation finale. Je ne vous dévoile rien mais c'est très drôle !

- Tous les chemins mènent au ciel est une nouvelle mettant en scène un vieux couple, dont la femme n'a qu'une obsession : ne jamais arriver en retard. Fourberies, coups en douce, et détachement font de cette nouvelle un texte au suspense grandissant.

- La logeuse reprend les mêmes codes : le suspense qui grandit à mesure que l'histoire avance. Je crois bien l'avoir lu en première année de fac, mais en langue originale. L'auteur nous laisse deviner ce qui a pu arriver. C'est la nouvelle la moins explicite et qui laisse libre cours à notre imagination. Elle m'a tout de même laissé un goût d'inachevé, un peu comme si j'avais loupé quelque chose.

- William et Mary est une nouvelle bien particulière et présente peut-être même un aspect précurseur de ce que pourront ressentir les intelligences artificielles. Je dis ça, mais je suis sûrement influencée par le premier épisode de la saison 4 de Black Mirror qui vient de sortir.
Pour éclaircir mes propos, je vous raconte l'histoire : William a un cancer du pancréas, il lui reste peu de temps à vivre. Son ami, Landy, un neurochirurgien, veut tenter une expérience sur le cerveau de ce dernier, une fois décédé, afin de le maintenir en vie.
Cette nouvelle a un côté très glauque, fou et plus scientifique. J'ai été un peu décontenancée par l'idée de garder en vie un cerveau, et en retirant toute l'enveloppe corporelle, ne laissant pas la possibilité à celui-ci de s'exprimer verbalement.
Je pense aussi que la lecture de cette nouvelle par des enfants peut être traumatisante tellement c'est sale...

Je suis un peu déçue par le rôle que tiennent les femmes dans ces nouvelles : dans un premier temps dévouées à leurs maris, elles se révèlent être manipulatrices, calculatrices, avec une grosse part d'ombre. On a l'impression qu'elles se vengent de la façon dont leurs maris les ont traitées toute leur vie.
Les hommes ne sont pas en reste à vrai dire : ils sont colériques, rigides, égoïstes et paternalistes mais ils sont francs, directs, ils ne cachent rien.
Du coup je m'interroge un peu sur l'image des hommes et des femmes dans la littérature et plus généralement dans la vie...

Peut-être par nostalgie, ma nouvelle préférée est Coup de gigot.

7/10

La fiche du livre sur le site de l'éditeur

3 commentaires:

  1. Comme toi, j'ai lu ce livre au collège ;)
    Et dans mes souvenirs, il me semble que j'avais bien aimé cette lecture ! Si je me souviens du titre, et vaguement de l'histoire, c'est que ça devait être cool !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil ! Je me rappelle encore très bien de la salle de classe et de la lecture à haute voix qu'on avait faite de cette nouvelle. J'avais adoré, mais heureusement je ne m'en souvenais pas, ce qui m'a permis de la relire et la redécouvrir avec plaisir !

      Supprimer
  2. C'est sûr que l'auteur ne dépeint pas les femmes sous leurs meilleurs jours... En tout cas, c'est un recueil que j'ai beaucoup aimé, malgré le côté glauque que j'ai trouvé aussi à la dernière nouvelle. Première fois que je lisais l'auteur, mais pas la dernière c'est sûr.

    RépondreSupprimer