dimanche 6 novembre 2016

Bleu Blanc Sang, de Bertrand Puard

TOME 1

Quatrième de couv' : 5 juin 2018. La France enterre son président de la République, et c'est son propre frère qui est pressenti à la succession. Simultanément, le convoi transportant une toile d'une artiste inconnue est pulvérisé au lance-roquettes. Au même instant, à New York, une oeuvre de la même peintre est adjugée pour la somme inouïe de 53 millions de dollars.

Quel peut être le lien entre ces trois événements ? Quelles forces obscures sont à l'oeuvre ? Et comment une jeune employée de banque, un rebelle militant et une étudiante se retrouvent-ils plongés au coeur d'une enquête aux ramifications politiques et financières ?

Tous les pions semblent en place pour une partie vertigineuse.

Bienvenue dans la République Bleu Blanc Sang !

Mon avis : J'ai dévoré ce premier tome. J'avais déjà eu un extrait d'une trentaine de pages qui m'avait beaucoup intéressée, alors j'ai commandé les 3 tomes pour le magasin. Ce week-end j'ai emprunté le tome 1, en me disant "je le lis vite comme ça je le ramène mardi". Autant vous dire que si avec cette pensée, je donnais l'impression de me forcer à le lire, ça n'a pas été le cas du tout ! J'ai directement été embarquée dans cette histoire passionnante, qui n'a rien à envier au réel !
Entre secrets et machinations politiques, vie en jeu et amitié naissante, j'ai adoré ce roman. Je pense même que je vais le conseiller à tout va pour les ados à Noël. Et évidemment je suis impatiente de lire la suite, bien que le tome 1 ne se finisse pas sur un cliffhanger de fou. On a envie de connaître la suite, mais l'auteur a néanmoins refermé la plupart des questions qu'on a pu se poser au cours de notre lecture : OUF !
Je pense qu'on est devant une ère nouvelle dans la littérature pour ados. Je n'ai jamais été embarquée comme ça dans un thriller politique, mêlant art, finance et liens familiaux. C'est une très bonne surprise !

En plus l'écriture est au top ! On sent que c'est mature et fluide. Il n'y a pas de superflu, pas de longueurs, on est dans l'urgence mais en même temps on détaille suffisamment les personnages, on connaît leurs émotions et même si on en sait assez peu sur leur passé, ils ne constituent pas seulement des êtres de papier, ils ne sont pas des clichés sur pattes, bien que certains personnages secondaires, nous réservent je pense, bien des découvertes dans les prochains tomes. Il y a de nombreux rebondissements, c'est rythmé, efficace et cohérent.

En bref, une lecture haletante, pleine de suspense, intelligente et qui m'a beaucoup plu.


TOME 2 
Quatrième de couv' : Juillet 2018. Eva Brunante a promis au patriarche de la riche et puissante famille Tourre de l'aider à retrouver les cinq toiles de Justine Latour-Maupaz encore dispersées à travers le monde.
Chaque seconde compte, car la survie de l'empire Tourre est en jeu, mais aussi, et surtout, l'honneur d'une dynastie meurtrie par les trahisons et les coups bas. C'est en fait l'équilibre de la France entière qui est mis en péril.
La quête des tableaux manquants de l'artiste fait entrer Eva dans une saga familiale haletante, traversée d'amours intenses et de haines féroces.

Mon avis : J'ADORE. Ce tome est tout aussi bon que le premier, bien que celui-ci soit essentiellement consacré à la recherche des 4 tableaux manquants (ce qui pourrait en lasser certains). Le rythme est toujours aussi bon, on est dans l'urgence et on dévore ce roman.
L'intrigue me plait énormément. Le fait qu'elle mêle la politique, les histoires de famille et l'art à travers les siècles, ça me branche ! Et puis ces histoires de vengeance familiale, j'avoue que ça me plait assez parce que ce n'est pas traité de façon niaise. On n'a pas d'histoire d'amour nian-nian non plus, les personnages n'ont pas le temps pour ça, pourtant il y a de l'amour dans ce livre : l'amour filial qui pousse à vous dépasser pour sauver quelqu'un qu'on aime, avec qui on partage les liens du sang.
J'ai bien aimé aussi les extraits du journal intime de Justine, ça la rend plus vivante et on découvre une autre période de l'Histoire de France que celle très actuelle dans laquelle se déroule l'histoire.
Je trouve aussi les personnages plus poussés, même si on n'apprend pas beaucoup de choses sur leur passé, ils sont encore plus dotés d'émotions et de sentiments dans ce second tome. Je me suis même attachée à des personnages très secondaires qui n'étaient là que pour mener à bien une mission.
J'ai dévoré ce second tome et je suis conquise !


TOME 3
Quatrième de couv' : Septembre 2018. Un mois et demi a passé depuis le drame qui a clôturé la chasse aux tableaux de Justine Latour-Maupaz, et qui a fait vaciller le pouvoir en place. Retirée dans un manoir à la campagne, Eva Brunante se remet peu à peu de ses traumatismes en jurant qu'on ne l'y reprendra plus à jouer les héroïnes de thriller ! Pourtant, lors du vernissage de l'exposition consacrée à l'artiste maudite, un jeune homme venu des Etats-Unis surgit avec de nouvelles révélations bouleversant l'échiquier.
Dans l'ultime tome de la trilogie Bleu Blanc Sang, Eva ira de surprise en surprise et apprendra que tous les événements de ces trois derniers mois n'étaient que les premiers soubresauts d'une rude bataille à venir.

Mon avis : Olala, quelle déception ! J'ai adoré, comme vous le savez les deux premiers tomes, mais ce troisième... il n'est pas du tout à la hauteur des précédents.

Déjà le résumé est faux : on reprend l'action en novembre, pas en septembre. On nous indique qu'on va suivre Eva, or on la suit très peu. L'action est concentrée sur Romain Philidor et sur toute une branche de la famille Philidor. Ici il n'est plus question de quête de tableaux, ou très peu, on est surtout sur une affaire de famille.

On s'emmêle les pinceaux entre les différents membres (bâtards ou non) de la famille Philidor, et bien qu'on ait deux arbres généalogiques insérés dans la couverture, ils sont bien loin d'être complets.
D'ailleurs je cherche encore le lien entre les Philidor et les Tourre (bon ils ont bien un ou deux ancêtres en commun), mais je pensais la bataille entre les deux familles plus intense. Au lieu de s'en prendre à Patrice Tourre directement, Romain Philidor en veut à tous les descendants d'Emile Philidor. Ce n'est pas comme cela qu'il va conquérir l'Elysée il me semble...
On a une quête généalogique, qui se fixe sur la descendance, et les motifs de cette quête ne sont pas très bien présentés (bataille entre les "blancs" et les "noirs" de la famille Philidor).

Les références aux échecs m'ont profondément ennuyée d'ailleurs. Je ne suis pas adepte de ce jeu et n'y comprends pas grand chose. Alors la passion qui se révèle tout à coup chez Caïssa m'a semblé exagérée. Jamais dans la vie les gens se prennent autant d'affection pour un jeu qu'ils viennent de découvrir, si ?

Les découvertes que l'ont fait à propos de Justine Latour-Maupaz et son oeuvre sont surréalistes ! Une fresque ?! Sérieusement ? Encore un truc à reconstituer, ça sent le réchauffé...!

Un nouveau personnage, américain, est introduit et je l'ai d'emblée détesté, pour sa façon d'agir, ce côté orgueilleux et fier qui me déplait. Il sort de nulle part et pourtant toutes les portes lui sont ouvertes, même Eva et Stéphane ne lui refusent pas leur aide et ne remettent pas en question qui il est et comment il a découvert tout ce qui lui tombe dessus en si peu de temps.

Beaucoup d'éléments dans ce tome ne m'ont pas paru réalistes. Même dans l'écriture, j'ai cru que quelqu'un d'autre que l'auteur avait écrit à sa place tellement ça ressemblait parfois peu à ce qu'il avait rédigé dans les deux premiers tomes.

Je crois que c'est le tome de trop. Peut-être une commande d'éditeur, que l'auteur n'a pas su honorer complètement, c'est pourquoi le livre semble bien en dessous, même en terme de rythme, que les deux précédents.

De plus je pensais en découvrir plus sur Clarissa, Lucas, Eva et sa famille, Hugo Rome et Charlotte Dugain ainsi que leur mouvement Riposte, pourtant tout cela est effleuré. La fin nous propose une belle phrase mais en vérité, rien ne nous amène à la trouver juste, au cours de ce livre, puisque la politique est très peu développée dans ce roman.
Cette fois-ci les côtés artistiques et historiques sont occultés, alors que c'est ce qui m'avait plu dans les tomes d'avant. Vraiment, dommage.

Ça m'agace d'avoir été si déçue pour ce dernier tome. J'ai quand même aimé le lire, j'ai rigolé de certaines phrases. Mais je n'ai pas vécu l'intensité du livre comme pour les deux premiers.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire