jeudi 5 mai 2016

Entre mes mains le bonheur se faufile, d'Agnès Martin-Lugand

Quatrième de couv' : Iris étouffe dans sa petite vie étriquée de la bourgeoisie de province. Un mariage qui se délite, un métier frustrant, elle s'échappe dans des drapés vaporeux et de sages petites robes sur mesure. La couture est son refuge, la machine suivant la cadence de son coeur apaisé. Jusqu'au jour de l'explosion, lorsque Iris découvre que ses parents lui ont volé ses aspirations de jeunesse.
Alors elle déchire le carcan et s'envole pour suivre la formation dont elle rêvait. Et, de fil en aiguille, sous l'égide autoritaire de l'élégante Marthe, Iris se confectionne une nouvelle vie, dans l'exubérance du Paris mondain.

Mon avis : Je crois que c'est l'histoire la plus prévisible que j'ai pu lire depuis le début de l'année. Avec tellement de clichés ! Tout ce qui se déroule dans la première partie est incroyablement prévisible : on est plongé super rapidement dans la vie d'Iris, et on dirait que tout arrive à point nommé. D'un coup elle découvre le mensonge de ses parents, elle se plaint constamment du manque de fantaisie de sa petite vie en province et comme par magie, elle réussit à intégrer un atelier pour apprendre la couture, à Paris. Evidemment, contrairement aux jeunes filles aussi inscrites dans cette formation, Iris est la plus douée et elle tape dans l'oeil de Marthe, la directrice. Elle a tout de suite du succès, comme si elle avait toujours eu un don et qu'enfin elle l'exploitait.

Iris est typiquement le genre de femme agaçante parce qu'elle est incroyablement soumise. On devine qu'elle l'a été à ses parents durant son enfance et son adolescence, avant de passer dans les mains de son mari (elle n'a jamais vécu seule) qui a pu la formater à son image, et enfin, quand elle rencontre Marthe elle s'en remet totalement à elle, incapable de lui imposer le moindre refus.

J'ai vraiment eu un sentiment de malaise diffus, notamment pendant la seconde partie du roman, quand Iris quitte sa vie d'avant en province pour entamer sa nouvelle vie (après moult péripéties en province). Toute son histoire parisienne se construit sur une sorte d'imposture et ça m'a mise mal à l'aise pour elle. Elle revient à Paris et va chercher de l'affection auprès d'une personne qui l'a violemment rejetée et humiliée... J'ai eu envie de lui dire "mais où as-tu mis ta dignité ? ta fierté ?!"
La tragédie qui se dessine m'a paru "trop". Dans sa façon d'être retranscrite, c'est trop rapide, trop intense, trop théâtralisée et ça sonnait faux. Autant le caractère autoritaire de Marthe, je comprenais, autant la représenter en sociopathe, perverse narcissique aussi puissante (elle a l'ascendant sur deux personnes, dont une, qui a un fort caractère) je n'ai pas adhéré. Qu'elle ait autant d'impact sur Iris, ça ne m'étonne pas, Iris est faible, a besoin d'être dirigée et maternée. Alors que Gabriel est clairement quelqu'un qui a une grande force de caractère, qu'il soit pieds et mains liés et ne mette pas en garde Iris ça m'a paru insensé. Pour en revenir à lui d'ailleurs, il a l'image du bad boy séducteur, qui réussit à se laisser aller à aimer Iris, parce que vous comprenez, c'est elle la bonne (midinette time ! roman Harlequin et cie). AU SECOURS !

Bref, entre le début qui est prévisible, et la seconde partie qui en fait beaucoup trop, plus le style inexistant de l'auteure, je n'ai vraiment pas apprécié cette lecture et j'ai plusieurs fois levé les yeux au ciel. On est carrément dans une vision rétrograde de la femme. Si par moments on peut penser qu'Iris va s'émanciper ce n'est que pour replonger dans d'autres bras. Elle n'apprend pas du tout l'indépendance, ni financière, ni par son travail, et encore moins l'indépendance d'être une femme qui peut s'en sortir sans un mec. J'ai détesté le message véhiculé par ce livre et je vous le déconseille !

(et par ailleurs je n'avais déjà pas aimé le premier livre de l'auteure, j'ai voulu réitérer, me disant que j'avais été peut-être trop critique, et bien je ne lirai pas les suivants, c'est certain !)

La fiche du livre sur le site de l'éditeur

2 commentaires:

  1. Hello ! Hé bien, ça ne donne pas du tout envie !^^ Ton avis m'a intéressé parce que tout le monde semble aimer les livres de cette auteure, mais que ceux-ci ne m'attirent pas du tout ! Tu m'as convaincue de passer mon chemin ! :)
    Au plaisir de lire tes prochaines chroniques !

    Déméter

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. MAIS OUI tout le monde aime les romans de cette auteure alors qu'avec un peu de sens critique, il y a du négatif à soulever dans ses écrits. Enfin bon, bonnes lectures à toi !

      Supprimer