samedi 4 avril 2015

Royaume-Désuni, de James Lovegrove

Quatrième de couv' : Dans un futur proche, en conséquence de désastreuses décisions gouvernementales, l'Angleterre s'est retrouvée coupée du monde et livrée à l'anarchie la plus totale. Londres et les autres grandes villes du pays sont tombées sous la coupe de gangs armés, tandis que, dans les campagnes, on s'organise et on survit avec les moyens du bord.
Fen Morris menait une paisible vie d'instituteur de province, jusqu'au jour où un gang londonien vient kidnapper les femmes de son village, y compris la sienne. Commence alors pour Fen une épopée à travers cette vaste friche qu'est devenue l'Angleterre, un voyage initiatique qui pourrait bien changer le cours de l'Histoire.

« Lovegrove a su créer des personnages incroyablement vivants et attachants - ou détestables -, terriblement réels, et qui continuent de vous hanter longtemps après la fin du livre. » Bifrost

Mon avis : Je ne sais pas pourquoi, j'avais envie de lire une dystopie qui ne soit pas trop éloignée de notre monde. Royaume-Désuni n'est pas un livre de science-fiction même si il est classé comme tel.

On se trouve au Royaume Uni, à une époque indéterminée, probablement vers les années 2000, mais contrairement au reste du monde, ce pays a subi de grands changements. Les politiques ont laissé s'enliser des situations néfastes, au point que le pays s'est complètement isolé. Dans les villages, on ne trouve ni eau, ni électricité, ni voitures, les gens doivent se débrouiller entre eux.
Nous découvrons le village de Downbourne, dont les habitants tentent de survivre en s'échangeant des biens et des services. Nous suivons plus particulièrement Fen Morris, l'instituteur.
Dans cette petite ville tranquille, un soir de fêtes, un gang londonien va débarquer, passer à tabac tous les hommes du village et s'emparer des femmes. La femme de Fen, Moira, avec qui il ne s'entendait déjà plus très bien, sera kidnappée par le gang.
En preux chevalier, Fen va partir seul pour la sauver, où elle est retenue captive à Londres (soit à 80 km de Downbourne) par Le Roi du Con, le chef du gang des Bulldogs Anglais.

C'est donc toute une aventure que Fen va vivre, il n'a pas de véhicule, il doit se déplacer à pied. Il va faire de bonnes et de mauvaises rencontres. Son épopée va se révéler être complexe, mentalement comme physiquement.


Le récit alterne entre de courts chapitres du point de vue de Moira, qui va découvrir sa nouvelle vie dans le quartier des Bulldogs, avec le Roi du Con, et d'autres chapitres du point de vue de Fen, qui mène sa barque pour rejoindre Londres et sauver Moira.

La fin n'est pas surprenante. A vrai dire, l'histoire nous laissait penser que cela arriverait. L'important c'était de découvrir comment ça se passerait et de quelles manières le vivraient Fen et Moira.


J'ai plutôt apprécié ce livre, pour son côté "aventure", ses personnages, et la découverte d'un monde qui a changé à cause des décisions des hommes politiques.

MAIS les ficelles sont trop grosses : le schéma narratif est trop bien suivi, trop scolaire.
Le monde dans lequel les personnages vivent n'est pas assez creusé, les restrictions ne sont pas assez mises en avant. L'auteur ne nous explique pas du tout ce qu'est le "Pari malchanceux", ou pourquoi la société anglaise en est arrivée là, pourquoi la Communauté Internationale s'en prend au Royaume-Uni plutôt que de l'aider. En fait, le décor n'est pas suffisamment planté.

Un livre appréciable, on passe un bon moment en le lisant mais il manque d'originalité et de développement en ce qui concerne la société présentée.

Une longue citation : "C'est à cause de l'époque dans laquelle nous vivons. Les gens ont désespérément besoin de nouveaux leaders, de nouveaux dieux. Ils sont prêts à introniser presque n'importe qui. [...] Ils rêvent de stabilité et sont disposés à se raccrocher à tout ce qui passe. Ne vous méprenez pas sur mon compte : je sais pertinemment que je n'ai rien d'exceptionnel."

La fiche du livre sur le site de l'éditeur

Aucun commentaire:

Publier un commentaire