dimanche 11 janvier 2015

Le blues des petites villes, de Fanny Chiarello

Quatrième de couv' : Ce matin-là, dans la cour du collège, Sidonie s'apprête à faire quelque chose de dangereux, d'irréparable peut-être. De ces choses que l'on fait quand on perd la tête et que l'on veut à tout prix échapper à soi-même.
Sidonie est une jeune fille qui normalement n'a peur de rien, qui porte des chaussures rouges, n'aime que la musique classique, ne s'intéresse à personne et a toujours pensé que sa vie ne commencerait que lorsqu'elle aurait quitté l'affreuse petite ville où elle est née.
Mais ce matin-là, dans la cour, la vie a le rythme obsédant d'un blues, le parfum d'une amitié fulgurante, l'évidence d'une histoire d'amour si forte, si parfaite que Sidonie n'aurait jamais pu l'imaginer. Et elle a le visage de Rébecca.

Mon avis : Alors c'est LE livre de l'adolescence. L'auteure a su tout dire, tout témoigner de l'adolescence. C'est la période de toutes les découvertes, du monde, des humains, des pensées, des esprits étriqués.

Sidonie est persuadée que sa vie prendra un tournant différent quand elle rejoindra "la grande ville". Elle se figure une vie baignée de culture. Elle s'imagine déjà passer des heures aux musées, au cinéma, à la bibliothèque, etc. Elle voudrait quitter son corps pour n'être qu'une âme qui ne se nourrit que de culture. On voit que la question du corps à l'adolescence est quelque peu survolée.
Bref, un jour, Sidonie qui a fait le tour de la plupart des filles à qui elle pouvait se greffer pour avoir un semblant d'appartenance à un groupe, va ouvrir les yeux et découvrir Rébecca. Rébecca, petit être à part, seule au fond de la classe, qui grave avec son compas des noms étrangers.
Au début, elle va la repousser autant que possible, parce que Rébecca lui ressemble trop. Et ça lui fait peur. Mais peu à peu, elle va réaliser qu'elle a besoin d'elle. C'est le début d'une amitié forte, et d'un amour fou, comme on en connaît qu'à l'adolescence.
C'est un roman qui parle d'amour. Sidonie aime Rébecca et inversement, mais on ne parle pas d'homosexualité, ce sont les autres qui nomment cet amour ainsi. Ce sont les autres qui vont leur faire penser qu'elles ne sont pas "normales". Cet amour qui est tout naturel, elles ont trouvé leur âme soeur, rappelons-le, va leur faire découvrir l'incompréhension, les moqueries, et le rejet par leurs parents. Beaucoup de choses auxquelles faire face quand on n'a que 15 ans.

Je ne me suis pas trop attachée à Sidonie, parce que sur certains côtés elle m'a parue immature. Bon c'est normal à son âge... Mais j'ai préféré Rébecca. Elle est plus posée, plus calme, plus tempérée. Bien que leurs échanges de lettres soient très... précieux...!
C'est avec Rébecca qu'elle va découvrir plein de choses : le blues, la grande ville, l'amour, l'âme soeur.

Quant au style j'ai eu un peu de mal parfois. C'est totalement à l'image de Sidonie puisque le narrateur est interne, c'est "je" qui parle, donc Sidonie. Sidonie se démarque, toujours.
Parfois on a des phrases qui m'ont rappelé celles de Malika Ferdjoukh avec Quatre soeurs, ou Boris Vian avec L'écume des jours. Parfois c'est très imagé. Parfois c'est intellectuel.

Ce roman, c'est le roman de l'anti-conformisme auquel on aspire quand on est ado.
Un livre qui mérite vraiment d'être lu et qui sort des sentiers battus, en abordant pourtant les difficultés de l'adolescence.

La fiche du livre sur le site de l'éditeur

4 commentaires:

  1. J'aime bien tes avis sur les livres, mais je trouve que c'est un peu redonnant avec ta chaîne YT... C'est dommage, tu devrais peut-être trouver une meilleure façon d'articuler tes deux supports, pour un peu plus de dynamisme :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A la base, je n'avais que le blog. Certains apprécient plus les avis en vidéos donc je m'y mets.
      Oui je me répète forcément, mais en même temps mon avis ne va pas changer entre le moment où j'écris l'article et le moment où je tourne la vidéo. D'ailleurs ce n'est que depuis le début du mois de janvier que je parle en vidéo de tous les livres que je lis. Avant je ne le faisais que sur le blog et de temps en temps je publiais des Point Lecture ou C'est lundi que lisez-vous sur Youtube, ça paraissait peut-être moins redondant.
      Mais je m'adapte, les avis en vidéo ont plus de vues que les chroniques sur le blog... Et je ne compte pas arrêter les chroniques sur le blog, ça structure la pensée, la réflexion. Ça me permet de préparer ce que je vais dire dans la vidéo.

      Que me proposes-tu pour "dynamiser"?

      Supprimer
  2. Je ne sais pas trop, peut-être axer plus les articles vers quelque chose de plus analytique, creuser plus quelques points/thématiques, faire des parallèles avec d'autres livres. Je n'y connais rien en blog livres/chaîne livres, mais globalement, je trouve qu'ils restent toujours un peu trop en surface, alors qu'on attendrait peut-être une perspective originale, peut-être aussi pour éclairer les lecteurs qui ont déjà lu l'œuvre. Ca te démarquerai parmi un ensemble de propos beaucoup trop consensuels en général. Souvent moi que je finis un livre, j'aime aller voir des analyses en me disant : "ah oui, je n'avais pas vu ça sous cet angle, je n'avais pas compris tel et tel clin d'œil...", pour enrichir mon point de vue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah. Et bien, ce n'est pas chez moi que tu trouveras ça ! Premièrement parce que je n'ai pas fait de prépa littéraire, ni d'études littéraires et que je ne suis pas prof de français ou de littérature, et parce que j'étais incroyablement nulle au lycée pour les analyses de texte.
      De plus, mon avis c'est mon ressenti et je n'ai pas envie de changer l'angle de mes chroniques pour en faire quelque chose de plus littéraire, de moins spontané.

      Je t'invite donc à aller voir d'autres blogs qui correspondent plus à ta demande.

      Supprimer