vendredi 24 octobre 2014

Soie, d'Alessandro Baricco

Quatrième de couv' : Vers 1860, pour sauver les élevages de vers à soie contaminés par une épidémie, Hervé Joncour entreprend quatre expéditions au Japon pour acheter des oeufs sains. Entre les monts du Vivarais et le Japon, c'est le choc de deux mondes, une histoire d'amour et de guerre, une alchimie merveilleuse qui tisse le roman de fils impalpables. Des voyages longs et dangereux, des amours impossibles qui se poursuivent sans jamais avoir commencé, des personnages de désirs et de passions, le velours d'une voix, la sacralisation d'un tissu magnifique et sensuel, et la lenteur, la lenteur des saisons et du temps immuable.
Soie, publié en Italie en 1996 et en France en 1997, est devenu en quelques mois un roman culte - succès mérité pour le plus raffiné des jeunes écrivains italiens.

Mon avis : à chaud comme ça je me dis "ouais et ?", mais en y repensant je me dis que c'est une jolie histoire d'amour. C'est une bonne leçon aussi. De tout temps les hommes ont eu besoin de dépasser leurs limites, d'aller voir ailleurs ce qu'il y avait (l'herbe plus verte, tout ça tout ça), de lâcher leur confort occidental pour trouver l'exotisme de l'Orient.

La tentation. C'est le maître mot de ce roman. Hervé est tenté de partir au Japon pour ramener des oeufs de vers à soie, il sera alors acclamé par ses pairs qui le remercieront de leur apporter cette merveilleuse solution pour faire fonctionner leurs usines.
Au Japon, il rencontre une mystérieuse femme qui l'attire énormément, la tentation est immense, il s'agit en plus (!) de la compagne de l'homme avec qui il fait des affaires.
Plus tard c'est la tentation de la revoir puis de la combler de plaisir qui va le pousser à repartir chaque fois malgré l'état du pays (le Japon est en guerre).

Mais hélas les femmes ont un sixième sens, et ça, les hommes l'oublient souvent, passant à côté de leur véritable amour... Je ne vous spoile rien. Lisez plutôt ce livre !

La fiche du livre sur le site de l'éditeur 

Et je vous laisse le lien vers la chronique de Charlotte qui en fait une très bonne analyse !

1 commentaire:

  1. Merci pour ton lien !
    Je suis parfaitement d'accord avec toi au sujet du livre en tout cas, j'aime beaucoup ton allusion au sixième sens féminin en tout cas, c'est complètement ça :-)

    Bises et à bientôt !

    RépondreSupprimer