lundi 20 octobre 2014

Le Grand Voyage, de Jorge Semprun

Quatrième de couv' : Il y a cet entassement des corps dans le wagon, cette lancinante douleur dans le genou droit. Les jours, les nuits. Je fais un effort et j'essaye de compter les jours, de compter les nuits. Ça m'aidera peut-être à y voir clair. Quatre jours, cinq nuits. Mais j'ai du mal à compter ou alors il y a des jours qui se sont changés en nuits. J'ai des nuits en trop ; des nuits à revendre. Un matin, c'est sûr, c'est un matin que ce voyage a commencé...

Mon avis : Bon déjà, je ne pense pas qu'on puisse dire "aimer ou ne pas aimer" ce témoignage. Evidemment c'est puissant. Mais. Parce qu'il y a un mais, ce n'est pas (pour moi) une grande oeuvre littéraire, j'y ai trouvé un défaut qui a ralenti ma lecture : les retours en arrière, avant la déportation, qui ne sont pas définis. C'est-à-dire qu'il n'y a pas de saut de ligne, juste un nouveau paragraphe qui s'ouvre, mais pas de saut de ligne, pas d'introduction à ce retour dans le passé.
Alors même que dans le présent de l'écriture on est dans le passé, on se retrouve encore plus dans le passé. Si vous voulez, on lit parfois des scènes du passé sans distinction aucune avec les scènes du voyage, de la déportation en train, qui est aussi le passé du narrateur. BREF.
Ce récit c'est le voyage en train vers les camps. Le narrateur a complété ce voyage avec des scènes précédant sa déportation. Des scènes de résistance, des scènes d'emprisonnement. Et aussi le retour en France, quand il retourne voir des connaissances pour essayer de savoir ce que sont devenus ses amis.

Puis à la fin l'arrivée aux camps.

Evidemment c'est bouleversant, certains passages sont atroces. Je n'ose même pas imaginer l'émotion qu'on ressent quand on est entourés de cadavres dans un wagon. Je n'ose à peine imaginer la cruauté des nazis.
Après cette lecture, je suis allée regarder une interview de l'auteur à propos de son livre, il ne s'agit pas d'une autobiographie mais d'un roman basé sur des faits réels, autobiographiques.
Je n'ai pas été franchement intéressée par ce livre, même si ce qui est écrit est extrêmement dur. J'ai une préférence si je puis dire, pour les récits des camps, la vie dans les camps.

La fiche du livre sur le site de l'éditeur

Aucun commentaire:

Publier un commentaire